POLITIQUE

Compteurs intelligents: des députés péquistes ont fait pression sur la ministre Ouellet

23/01/2014 03:14 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT
CP

En novembre dernier, sept députés péquistes de Laval et des Laurentides ont demandé à la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, d'intervenir auprès d'Hydro-Québec dans le dossier des compteurs intelligents.

Un texte de Vincent Champagne Twitter Courriel

Dans une lettre pour usage interne seulement, mais dont Radio-Canada a obtenu copie, les députés demandent à ce que les citoyens qui refusent l'installation d'un compteur de nouvelle génération soient exemptés des frais d'installation et des frais annuels prévus par Hydro-Québec.

Rappelons que la société d'État veut installer 3,8 millions de compteurs électriques dits « intelligents » d'ici 2018. De nombreux citoyens craignent l'effet des micro-ondes émises par ces compteurs sur leur santé. Selon Hydro-Québec, ces craintes sont infondées.

Les députés sont d'avis que l'approche d'Hydro-Québec « crée deux catégories de clients » : ceux qui acceptent les nouveaux compteurs, pour qui tout est gratuit, et ceux qui les refusent, et qui doivent alors payer des pénalités monétaires. 

« Compassion et empathie » pour les électrosensibles

Les députés signataires rappellent à la ministre Ouellet que des personnes se disent hypersensibles aux micro-ondes. Ils demandent à ce qu'elles puissent conserver leurs compteurs électromécaniques actuels, ce qui n'est pas prévu par Hydro-Québec.

Ils proposent notamment que la société d'État envisage « des mesures d'atténuation, de soutien, d'encadrement et de suivi de leur dossier personnel ».

« On voulait que la ministre soit au courant de ce qui se passe sur le terrain. Qu'elle connaisse les préoccupations des citoyens », affirme la députée de Mirabel, Denise Beaudoin.

Selon Mme Beaudoin, il n'était pas prévu de rendre publique cette démarche, puisqu'il s'agissait avant tout d'informer la ministre de la position des députés de la région.

Daniel Goyer, député de Deux-Montagnes, affirme avoir reçu beaucoup de plaintes de citoyens insatisfaits. « L'installation des compteurs intelligents s'est faite très rapidement à Saint-Eustache et à Deux-Montagnes. Je me dis qu'on n'a pas à pénaliser quelqu'un qui a fait ce choix-là [un compteur non communicant], par rapport à quelqu'un qui prend ce qu'Hydro-Québec lui fournit », dit-il. 

Un « décret de préoccupation »

Au bureau de la ministre Ouellet, on confirme avoir reçu cette lettre et l'avoir traitée avec ouverture. 

La ministre a indirectement répondu aux soucis de ses collègues en adoptant en décembre dernier un décret à l'intention de la Régie de l'Énergie, l'organisme qui régule les demandes d'Hydro-Québec.

Le décret rappelle que l'Assemblée nationale a voté à l'unanimité, en mai dernier, une motion demandant à Hydro-Québec « d'évaluer d'autres options afin de ne pas pénaliser financièrement [l]es clients qui ne veulent pas de compteurs intelligents ».

Hydro-Québec a déjà fait savoir qu'elle entend réduire les frais d'installation des compteurs non communicants et les frais annuels qui y sont liés. Les nouveaux tarifs ne sont pas précisés. 

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois