NOUVELLES

Rédemptoristes : la défense « s'acharne », selon Carlo Tarini

22/01/2014 12:51 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Le procès en recours collectif contre les Rédemptoristes de l'ancien Séminaire Saint-Alphonse à Sainte-Anne-de-Beaupré a repris mercredi matin au palais de justice de Québec.

Trois dernières journées d'audiences sont prévues pour compléter la présentation de la preuve.

Mercredi matin, l'un des témoins des victimes, Stéphane Trottier, a été rappelé à la barre par la défense pour corriger une affirmation qu'il avait faite lors de son témoignage en septembre dernier.

L'homme dans la quarantaine avait alors déclaré devant le tribunal que le père Jean-Claude Bergeron - qui lui aurait fait des attouchements à trois reprises - avait assisté aux funérailles de son père. Or, ce matin, il est venu affirmer qu'il s'était trompé. Le religieux n'était pas à l'église ce jour-là.

Pour Carlo Tarini, le responsable des communications de l'Association des victimes de prêtres, le rappel de ce témoin est de l'« acharnement ».

« On s'acharne sur une déclaration par un témoin au niveau de l'identification d'un prêtre lors d'un événement pour essayer de créer un doute sur l'ampleur des abus qui ont eu lieu, notamment par le père Bergeron, qui est visé d'ailleurs par plusieurs autres victimes dans un procès au criminel », déplore-t-il.

Les avocats des victimes débattront par la suite des frais des experts de la défense et de la valeur patrimoniale de la congrégation religieuse.

Lorsque la preuve sera complétée, vendredi, le procès fera une autre pause de près de deux mois. Les plaidoiries se déroulement du 17 au 21 mars.

PLUS:rc