NOUVELLES

Open d'Australie - Roger Federer de retour en demi-finales

22/01/2014 07:06 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Roger Federer a confirmé qu'il était de retour au tout premier plan en battant Andy Murray en quatre sets 6-3, 6-4, 6-7 (6/8), 6-3, non sans avoir connu un gros moment de flottement, en quart de finale de l'Open d'Australie, mercredi à Melbourne.

Donné pour fini par beaucoup après avoir vécu en 2013 sa pire année en dix ans, le Suisse, N.6 mondial, a démontré qu'il fallait encore compter sur lui.

Il disputera vendredi sa 11e demi-finale consécutive à Melbourne, où il s'est imposé à quatre reprises (2004, 2006, 2007 et 2010), face à son vieux rival Rafael Nadal.

Federer porte à 34 son total de demi-finales en Grand Chelem, record de tous les temps - qu'il détenait déjà - amélioré d'une unité.

Il sera opposé à Nadal pour la 11e fois en Grand Chelem (la 33e au total). Le N.1 mondial avait auparavant pris le dessus sur le Bulgare Grigor Dimitrov, tête de série N.22, en quatre sets 3-6, 7-6 (7/3), 7-6 (9/7), 6-2.

Depuis le début du tournoi, on a retrouvé le vrai Federer, débarrassé de ses problèmes de dos. Un Federer aux mouvements harmonieux, au jeu à nouveau limpide, même si on a vu contre Murray que le mental restait lui encore friable.

Le Suisse pourra tirer toutefois de l'assurance de ce succès. Il fait suite à sa victoire également convaincante sur le Français Jo-Wilfried Tsonga (N.10).

Avant cette semaine, Federer n'avait gagné que deux matches sur ses 11 derniers contre des membres du Top 5, à chaque fois contre l'Argentin Juan Martin Del Potro.

Le bras de Federer a tremblé

Ce passif a pour conséquence un manque de confiance, qui s'est senti à la fin du troisième set, où son bras a vraiment tremblé. Il a d'abord perdu son service - pour la deuxième fois seulement du tournoi - alors qu'il servait pour le match.

Puis dans le tie-break, il s'est procuré deux balles de match, qu'il a jouées à reculons. Murray, finaliste en 2010, 2011 et 2013, a ainsi courageusement retardé l'échéance.

"Andy s'est bien débrouillé pour me mettre la pression et je n'ai pas pu en finir", a constaté Federer. Il a ensuite reconnu à demi-mot que sa confiance n'était pas encore complètement revenue.

"Par rapport à mes meilleures années, je ne sais pas", a-t-il dit. "Mais ma confiance est bien plus élevée que l'an passé."

Murray a semblé ne pas avoir encore recouvré l'intégralité de ses moyens physiques. Il a juste repris la compétition au début du mois, après avoir subi en septembre une petite opération au dos.

Mais il n'a pas lâché le morceau. Il a encore plié sans rompre dans un terrible deuxième jeu du quatrième set, avec six balles de break pour Federer, 10 égalités et 19 minutes de temps de jeu.

L'Ecossais, usé physiquement, a cependant fini par lâcher prise dans le huitième jeu. Cette fois-ci définitivement.

cyb/fbx

PLUS:hp