NOUVELLES

Israël approuve 261 logements dans des colonies (La Paix Maintenant)

22/01/2014 08:25 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Les autorités israéliennes ont approuvé mercredi des plans de construction de 261 logements dans deux colonies de Cisjordanie occupée, a annoncé l'ONG israélienne anticolonisation La Paix Maintenant, critiquant un nouveau coup porté aux pourparlers avec les Palestiniens.

Le chef de la délégation de l'Union européenne (UE) en Israël, Lars Faaborg-Andersen, a par ailleurs dénoncé les initiatives susceptibles de compromettre "ce processus très fragile", y compris la colonisation, prévenant qu'il y aurait "un prix à payer si ces négociations échouent".

L'administration militaire israélienne a publié mercredi sur le site du ministère de l'Intérieur des plans de 256 logements dans la colonie de Nofei Prat, au coeur de la Cisjordanie, entre Jérusalem et Jéricho, et 5 à Ariel, dans le nord du territoire palestinien, précise La Paix Maintenant dans un communiqué.

Il s'agit du troisième projet en territoire palestinien occupé promu cette semaine par les autorités israéliennes, après 381 unités de logement à Givat Zeev, au sud de Ramallah, et un projet controversé de centre touristique à Jérusalem-Est occupé et annexé, souligne l'ONG .

Les plans pour Nofei Prat et Ariel "doivent être publiés dans la presse locale dans les prochains jours. Quinze jours après leur parution, ils sont considérés comme officiellement valides", selon le texte.

"Cela signifie qu'il n'est pas nécessaire de publier des appels d'offres pour bâtir à Nofei Prat, ce qui permet à la construction de commencer sans nouvelle approbation politique ou notification publique", explique La Paix Maintenant.

"Chaque jour qui passe sans que le secrétaire d'Etat américain John Kerry soit là, le gouvernement donne son feu vert à la construction dans les colonies", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'ONG, Lior Amihaï, relevant que Nofei Prat, qui compte 70 logements permanents et 30 mobile homes, triplerait quasiment son nombre d'habitations.

Le représentant de l'UE en Israël, lors d'un déjeuner avec des journalistes avant cette annonce, a estimé que tout projet dans les colonies "à ce stade particulier n'était pas seulement contraire au droit international, mais sapait la confiance dans le processus de paix".

"C'est comme si vous mangiez le gâteau dont vous êtes en train de discuter du partage", a résumé M. Faaborg-Andersen.

"Si Israël devait continuer l'expansion de la colonisation et que les actuels pourparlers n'amenaient aucun résultat, je crains que l'on ne parvienne à une situation dans laquelle Israël sera de plus en plus isolé", a-t-il prévenu.

"Ce ne sera pas nécessairement à cause de décisions prises au niveau gouvernemental, mais de décisions prises par une myriade d'acteurs économiques privés, que ce soit des entreprises, des fonds de pension ou des consommateurs qui choisiront d'autres produits dans les rayons des supermarchés", a-t-il expliqué.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a salué mardi le rôle de l'UE "soit par des déclarations soit par des décisions affirmant l'importance de l'application des résolutions internationales, et l'illégitimité de la colonisation".

Une centaine d'hommes d'affaires israéliens ont pressé cette semaine le Premier ministre Benjamin Netanyahu de saisir l'occasion des efforts de M. Kerry pour conclure la paix avec les Palestiniens.

Selon les médias israéliens, certains d'entre eux l'ont mis en garde contre la progression du boycottage, citant la décision en janvier du fonds de pension néerlandais PGGM de couper ses liens avec cinq banques israéliennes en raison de leurs activités dans les colonies.

sst-jlr-hmw/agr/feb

PLUS:hp