NOUVELLES

Favoritisme envers Accurso: Zakaïb se défend d'avoir fermé les yeux

22/01/2014 06:40 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

QUÉBEC - Alors que les libéraux réclament sa démission, la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb, s'est défendue d'avoir fermé les yeux sur un système de favoritisme à l'époque où elle était une des dirigeantes du Fonds de solidarité de la FTQ.

Pour une deuxième journée consécutive, mercredi, le Parti québécois a été placé sur la défensive après le dépôt en preuve d'écoutes électroniques devant la Commission Charbonneau, qui se déroule à Montréal.

Après la première ministre Pauline Marois, Mme Zakaïb a elle aussi dû défendre son intégrité concernant ses fonctions de présidente-directrice générale des fonds régionaux du Fonds de solidarité, exercées pendant huit ans.

Lors d'un point de presse, Mme Zakaïb a confirmé ce qui avait été entendu dans une conversation téléphonique avec l'ex-président Michel Arsenault, enregistrée par la police en mars 2009.

Mme Zakaïb a répété qu'elle avait été témoin d'irrégularités destinées à favoriser les entreprises du secteur de la construction appartenant à l'homme d'affaires controversé Tony Accurso.

La ministre a soutenu que cette pratique était en place avant son arrivée en fonction, en 2004, et qu'elle y a mis fin. Pendant quelques mois, la FTQ-Construction, affiliée à la centrale syndicale, a réussi à détourner un processus de vérification de manière à bloquer les investissements des fonds régionaux dans des entreprises concurrençant celles de M. Accurso, a expliqué Mme Zakaïb.

«C'est quelque chose qui a eu lieu pendant une courte période de temps et c'est un processus auquel j'ai mis fin dès que j'ai été informée qu'il avait servi à d'autres fins», a-t-elle assuré.

Mme Zakaïb a soutenu qu'elle a choisi de mettre fin à ce «détournement» du processus d'évaluation de la concurrence, une pratique habituelle pour tous les investissements du fonds. Selon la ministre, il revenait aux employés du fonds et non aux représentants syndicaux d'évaluer si un investissement pouvait concurrencer un autre placement du fonds.

«Il n'y a rien qui était illégal dans cette façon de faire, a-t-elle dit. Sauf que ce n'est pas à la FTQ de valider la concurrence ou de ne pas valider la concurrence dans les dossiers dans lesquels les différents bras du Fonds de solidarité investissent.»

Par ailleurs, Mme Zakaïb a expliqué qu'elle avait voulu se tenir à l'écart des rivalités qui s'affrontaient à la direction de la FTQ-Construction, notamment lorsque l'ex-directeur général du syndicat, Jocelyn Dupuis, a évoqué devant elle des malversations dans les dossiers de la filiale du secteur de l'immobilier du fonds.

«Il n'y a rien de neuf là-dedans, que Jocelyn Dupuis aurait su des choses concernant SOLIM, a-t-elle dit. Moi, à l'époque, je n'étais pas au courant de malversations.»

Peu après la diffusion de la conversation de Mme Zakaïb devant la commission d'enquête, présidée par la juge France Charbonneau, les libéraux ont réclamé la démission de la ministre, jugeant que sa crédibilité est entachée.

La députée Lise Thériault a affirmé qu'au Fonds de solidarité, financé par des fonds publics, Mme Zakaïb a fermé les yeux sur un système favorisant M. Accurso.

«C'est évident que le bris de confiance est flagrant et je demande à Mme Marois de suspendre sa ministre ou à la ministre de donner sa démission parce que c'est une preuve qui a été admise à la Commission Charbonneau, (mercredi) après-midi et je considère que le passé est probablement très garant de l'avenir, a-t-elle dit. Il y a de quoi s'interroger sérieusement sur la crédibilité de Mme Zakaïb.»

La Coalition avenir Québec (CAQ) a de son côté réclamé la suspension de Mme Zakaïb, le temps que Mme Marois fournisse des explications à ce sujet.

«Si cette personne-là n'a pas l'intégrité en elle, on ne peut pas demander que ça soit la ministre de (la Politique industrielle)», a dit le député Christian Dubé.

Mardi, une conversation téléphonique diffusée devant la commission d'enquête a contraint Mme Marois à nier tout conflit d'intérêts face à la centrale syndicale et au fonds de travailleurs, dont son mari Claude Blanchet a été le président-directeur général jusqu'en 1997.

Mercredi, la députée de Québec solidaire Françoise David s'est inquiétée des enregistrements impliquant Mme Zakaïb, dont elle a réclamé la suspension.

«Québec solidaire considère les explications de Mme Zakaib nettement insuffisantes et demande sa suspension immédiate du Conseil des ministres jusqu'à ce que lumière soit faite sur les faits troublants dévoilés aujourd'hui», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

PLUS:pc