NOUVELLES

Fatima Houda-Pepin accuse Philippe Couillard d'avoir marchandé son appui

22/01/2014 04:32 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

QUÉBEC - L'heure des règlements de comptes a sonné au Parti libéral du Québec: la députée Fatima Houda-Pepin accuse son ancien chef Philippe Couillard de s'être livré à un marchandage éhonté, destiné à lui faire endosser à tout prix sa position sur les signes religieux.

Selon sa version des faits, livrée à La Presse Canadienne, Mme Houda-Pepin s'est fait offrir sur un plateau d'argent l'assurance d'une place de choix au conseil des ministres d'un éventuel cabinet Couillard, si elle renonçait à vouloir modifier l'orientation du parti sur la neutralité religieuse de l'État, notamment axée sur l'absence d'interdit de porter des signes religieux.

C'était donnant-donnant: un appui à la position du chef, contre une place réservée sur la banquette arrière d'une limousine.

Cette proposition aurait été faite vendredi dernier, par l'émissaire du chef du parti, son directeur de cabinet, Jean-Louis Dufresne, ce qu'il nie. Au cours des dernières semaines, M. Couillard avait mandaté son nouveau chef de cabinet à l'Assemblée nationale de tout mettre en oeuvre pour tenter de convaincre la députée rebelle de rallier la position du parti, et ainsi éviter qu'elle claque la porte. Depuis novembre, la députée de La Pinière était en conflit ouvert avec la direction du PLQ, quant aux positions de M. Couillard sur ces questions controversées.

Plusieurs rencontres ont eu lieu entre Mme Houda-Pepin et M. Dufresne. La dernière, au bureau de comté de Mme Houda-Pepin, à Brossard, a été tenue vendredi dernier et a duré deux bonnes heures.

Scandalisée et décontenancée par l'offre présentée, elle a par la suite alerté quelques collègues députés libéraux pour leur raconter ce qu'elle venait de vivre. La Presse Canadienne a eu vent de l'affaire et la députée a confirmé en entrevue les informations obtenues. Mme Houda-Pepin a été formelle: elle assure avoir été l'objet d'une tentative de marchandage.

Elle assimile cette démarche à un inacceptable «tordage de bras».

Entre la direction du parti et la députée, la rencontre de vendredi dernier était celle de la dernière chance. Le lendemain, le comité présidé par le député Gilles Ouimet (chargé par M. Couillard de définir la position du parti sur la neutralité religieuse de l'État et la lutte à l'intégrisme) se réunissait pour une dernière fois en vue d'adopter son rapport, avant de le faire endosser par les députés lundi dernier. Au terme du caucus de lundi, Mme Houda-Pepin n'était plus députée libérale.

Selon elle, dans les jours précédant ce caucus, l'entourage de M. Couillard avait reçu le mandat de passer le message suivant aux députés: ils devraient choisir entre «la position Fatima» et «la position du chef».

Durant l'entretien de vendredi, le ton a monté, raconte la députée, qui se dit encore secouée. M. Dufresne n'aurait pas hésité à utiliser la manière forte, se montrant de plus en plus insistant, «forçant la note» pour l'exhorter à endosser «la position du chef». Il «criait après moi», assure-t-elle, et à plusieurs reprises.

Voyant qu'il n'arrivait pas à ses fins, il lui aurait dit que M. Couillard tenait à ce qu'elle sache qu'il lui réserverait «une grande place au conseil des ministres» une fois au pouvoir, si elle rentrait dans le rang. Elle dit lui avoir alors répliqué qu'elle n'était «pas venue en politique pour une limousine». Elle refusait de défendre une position en laquelle elle ne croyait pas.

Informé des allégations de marchandage de la députée, M. Dufresne a nié catégoriquement cette version des faits. «C'est complètement faux», a-t-il soutenu, lors d'un bref entretien, confirmant cependant avoir passé deux heures avec elle vendredi dernier, dans une ultime tentative de la convaincre de se rallier à la position préconisée par le chef du parti.

Il a ajouté que ça ne fonctionnait pas ainsi en politique, qu'on ne négociait pas les postes de ministres quand on était dans l'opposition.

Le porte-parole du chef libéral, Harold Fortin, a renchéri pour dire que ce n'était pas le genre de M. Couillard de promettre des postes à des gens pour obtenir leur appui.

PLUS:pc