NOUVELLES

Anelka entendu par la justice belge dans une enquête fiscale

22/01/2014 07:35 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Le footballeur français Nicolas Anelka a été entendu en 2011 "en tant que témoin" par la justice belge dans le cadre d'une enquête fiscale sur l'un de ses proches, a indiqué mercredi son avocat belge, assurant qu'il n'avait rien à se reprocher.

Selon le quotidien financier L'Echo, une enquête préliminaire a été ouverte en 2011 à Charleroi (sud) à la suite d'une plainte visant un proche de l'attaquant français et de son épouse Barbara, d'origine belge.

La plainte a été déposée par une personne identifiée par ses initiales, "F.R.", et vise "S.D.". Le plaignant estime avoir été spolié dans le cadre d'investissements réalisés par des sociétés holdings détenues par S.D. et domiciliées au Delaware, un Etat américain réputé pour sa tolérance fiscale.

Les enquêteurs belges cherchaient donc à savoir si ces sociétés avaient pu servir à échapper au fisc belge.

Selon le quotidien, Nicolas Anelka est actionnaire à hauteur de 9% et administrateur de D39S, une autre société belge créée en 2010 par S.D.. L'épouse du joueur détient 40% des parts de la société, dans laquelle quelque 430.000 euros au total ont été investis en 2011 et 2012, ajoute l'Echo.

"S.D. a fait l'objet d'une inculpation et, comme il y a eu un transfert d'argent de Nicolas Anelka vers un compte de S.D., il a été interrogé en tant que témoin" en 2011, a expliqué à l'AFP l'avocat belge de l'ex-attaquant des Bleus, Jean-Philippe Mayence.

"On peut comprendre que les enquêteurs se demandaient pourquoi il investissait dans la région de Charleroi, mais cela s'explique par le lien d'amitié, ou qu'ils aient cherché à savoir si Anelka n'avait pas été spolié", a ajouté Me Mayence.

"Anelka a expliqué qu'il avait simplement investi dans cette société, qu'il n'avait rien fait de litigieux et qu'il n'était pas victime" d'une escroquerie, a souligné l'avocat, pour qui "il n'y a rien" dans ce dossier.

L'attaquant à la réputation sulfureuse a été mis en accusation mardi par la Fédération anglaise pour une "quenelle", considérée par certains comme un geste antisémite, et encourt désormais une lourde suspension. Le joueur de West Bromwich Albion, 34 ans, a réalisée ce geste le 28 décembre pour célébrer un but "en signe de dédicace" à son ami Dieudonné, l'humoriste-polémiste français.

siu/jlb/fbx

PLUS:hp