NOUVELLES

Une école de Saint-Bruno limite les câlins entre élèves

21/01/2014 10:05 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT
SRC

Une école primaire de Saint-Bruno, en Montérégie, a décidé d'encadrer et de limiter les accolades entre les élèves. La nouvelle politique a été annoncée aux classes de 6e année la semaine dernière.

Un texte de Thomas Gerbet Twitter Courriel

L'école Monseigneur-Gilles-Gervais juge qu'il y avait des débordements et qu'il fallait mettre fin à un certain malaise. « Ce n'est plus juste un bonjour, explique la directrice Isabelle Fiset. On [les élèves] passe le dîner collés, on marche dans la cour collés, dès que je vois une nouvelle personne, je lui fais un câlin. Oui, c'est la mode. »

Après consultation avec l'équipe enseignante, la directrice a d'abord formellement interdit les accolades, puis a réajusté le tir. Les enfants sont invités à se limiter aux câlins pour dire bonjour et au revoir. « Les enseignants ont eu quelques élèves filles qui sont venus manifester un malaise, disant qu'elles se sentaient prises dans les câlins, des accolades qui duraient longtemps, qui étaient peut-être un peu déplacées ».

À l'entrée de l'école, les parents, qui n'ont pas été informés de la nouvelle politique, étaient plutôt surpris. « Moi, je trouve que ce n'est pas correct, parce que ma fille aime coller ses amis. Si on l'empêche de faire ça, je ne sais pas quel va être l'impact sur la personnalité des enfants et leurs sentiments », dit un père.

Une mère d'élève, elle-même enseignante ailleurs, dit que dans son école les enfants se font des accolades, sans souci : « À nous aussi [ils font des câlins], aux enseignantes aussi, et on aime beaucoup ça. (...) Ça dépend toujours de l'accolade, c'est certain. Mais je ne pense pas qu'au primaire, ça puisse déranger ou être nuisible ».

Aucun élève de l'école primaire Monseigneur-Gilles-Gervais n'a reçu de sanction en raison de cette nouvelle politique sur les câlins. 

INOLTRE SU HUFFPOST

Les enfants font la sieste n'importe où