NOUVELLES

Thaïlande: l'état d'urgence décrété à Bangkok à cause des manifestations

21/01/2014 09:04 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

BANGKOK - Le gouvernement thaïlandais a décrété l'état d'urgence à Bangkok et ses environs, mardi, afin de faire face aux manifestations qui ont provoqué de violentes attaques.

Le ministre du Travail, Chalerm Yubumrung, a annoncé que l'état d'urgence serait en vigueur à partir de mercredi, pour une période de 60 jours.

Lors d'un discours devant ses partisans, le leader des manifestants, Suthep Thaugsuban, a mis en doute la légitimité de cette mesure, affirmant que les manifestations étaient pacifiques.

Le décret d'urgence élargit considérablement les pouvoirs des forces de sécurité afin de fouiller, d'arrêter et de détenir des citoyens, avec une supervision limitée des pouvoirs judiciaire et législatif. Les zones couvertes par le décret sont déjà soumises à des mesures de sécurité renforcées depuis le début des manifestations antigouvernementales dans la capitale.

Les manifestants réclament la démission de la première ministre Yingluck Shinawatra afin de permettre la nomination d'un gouvernement intérimaire chargé d'implanter des réformes pour combattre la corruption.

Mme Yingluck a convoqué des élections le 2 février, mais les opposants demandent qu'elles soient annulées. Le Parti démocrate, proche des manifestants, a décidé de boycotter les urnes.

L'annonce officielle du décret d'urgence dans la capitale précise que les élections auront lieu comme prévu.

L'état d'urgence survient après plusieurs attaques visant des rassemblements, dont le gouvernement et les manifestants s'accusent mutuellement d'être responsables. Des grenades ont notamment été lancées dans la foule en plein jour.

Dimanche, 28 personnes ont été blessées quand deux grenades ont visé un groupe de manifestants rassemblé à une importante intersection de Bangkok. Une autre attaque à la grenade survenue vendredi a tué un homme et blessé des dizaines de personnes. Aucun suspect n'a été arrêté en lien avec ces attaques.

Neuf personnes ont perdu la vie et des centaines d'autres ont été blessées depuis le début des manifestations, en novembre.

PLUS:pc