NOUVELLES

Quand Réno-Dépôt rénove...

21/01/2014 06:29 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Réno-Dépôt fait peau neuve. Dans une tentative d'accroître ses parts de marché, Rona, qui est propriétaire de l'enseigne Réno-Dépôt, investit 20 millions de dollars pour donner une nouveau souffle à ses 16 centres de rénovations.

C'est qu'une concurrence féroce sévit dans ce secteur du commerce de détail. Et le concept de Réno-dépôt est vieux de 20 ans. Pas loin d'une éternité dans un domaine où l'on prône le renouveau : « Fallait s'ajuster aux tendances », reconnaît Mario St-Louis, vice-président aux opérations chez Réno-Dépôt.

Pour changer en profondeur la chaîne, il a fallu deux ans et des visites en Amérique du Nord et en Europe, histoire de voir comment on peut réinventer pareil concept. Au terme de cet exercice, l'équipe de Réno-Dépôt a décidé de repenser la présentation de la marchandise et l'approche priviliégiée par ses employés pour accueillir le client.

Désormais, la totalité des produits de Réno-Dépôt est offerte en libre-service. Les employés, eux, peuvent ainsi consacrer plus de temps à conseiller les clients plutôt qu'à chercher la baignoire idéale ou autre trésor.

Les cinq magasins de l'île de Montréal sont en rénovation pour 12 semaines et seront prêts à la fin février. L'ensemble du réseau sera rénové d'ici la fin de l'année.

De l'avis de Jacques Nantel, professeur titulaire en marketing à HEC Montréal, Réno-Dépôt va dans la bonne direction. « Mais, il y a beaucoup de rattrapage [à faire] par rapport au déploiement des Home Depot et des Lowe's, il n'y a aucun doute », affirme M. Nantel.

Les actionnaires, en attente de jours meilleurs

En octobre dernier, un analyste de BMO Marchés des capitaux, Wayne Hood, invitait les actionnaires de Rona à faire preuve de patience. C'est que le groupe a connu son lot de difficultés. Une situation attribuable, selon l'analyste, à la faiblesse du marché de l'habitation, surtout au Québec, ainsi qu'au recul des parts de marché de l'entreprise québécoise au profit de Home Depot.

Plus tôt, en 2013, Rona avait annoncé des fermetures de magasins et des pertes d'emplois.

Depuis avril 2013, c'est Robert Sawyer qui préside aux destinées du quincaillier québécois Rona.

D'après le reportage de Vincent Maisonneuve

PLUS:rc