NOUVELLES

Mexique: 9.300 policiers et militaires déployés dans le Michoacan

21/01/2014 11:08 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Quelque 9.300 membres de la police fédérale et de l'armée sont actuellement déployés dans l'État du Michoacan, à l'ouest du Mexique, a indiqué mardi Alfredo Castillo, le commissaire fédéral en charge de la sécurité dans cette région troublée.

M. Castillo a indiqué devant la presse étrangère que ces forces fédérales étaient composées de 4.800 membres de la police fédérale et 4.500 de l'armée.

Nommé le 15 janvier pour coordonner l'action des forces fédérale dans un État confronté à des risques d'affrontements violents entre narcotrafiquants et milices d'autodéfense, M. Castillo a assuré aux journalistes étrangers que "les résultats sont déjà là".

"En ce moment, tout nous donne à penser que la stratégie du gouvernement est en train de donner les fruits espérés parce que nous n'avons pas eu d'effusions de sang et que nous avons réussi à prendre le contrôle de la situation de manière pacifique", a dit M. Castillo.

En mai dernier, le président Enrique Peña Nieto avait déjà envoyé des renforts fédéraux de forces de sécurité, armée et police fédérale, pour faire face aux affrontements de plus en plus violents entre narcotrafiquants, en particulier le cartel des Chevaliers Templiers, et les nombreux groupes d'autodéfense constitués depuis février 2013 face à l'impuissance des autorités face au crime organisé.

Face à des menaces de nouveaux affrontements, le gouvernement mexicain a lancé la semaine dernière un appel au désarmement des milices et pris en charge les villes du Michoacan considérées comme des bastions des Templiers.

Toutefois, les groupes d'autodéfense ont refusé un désarmement immédiat tant que les principaux dirigeants du cartel des Templiers ne seraient pas arrêtés.

M. Castillo a toutefois souligné que, pour le gouvernement, "le plus important est de neutraliser les capacités d'opération (des narcotrafiquants), leurs capacités d'organisation, de recrutement, de financement et de génération de violences".

Parallèlement, le gouvernement fédéral et le gouvernement de l'État du Michoacan ont indiqué dans un communiqué conjoint que l'opération engagée avait entrainé depuis la semaine dernière l'arrestation de 72 "probables responsables de faits illicites" dans l'État du Michoacan.

jcb/glr

PLUS:hp