NOUVELLES

Les chefs d'entreprise ont davantage confiance dans l'économie mondiale

21/01/2014 03:49 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

DAVOS, Suisse - Les chefs d'entreprise du monde entier ont plus confiance dans l'économie mondiale, selon les résultats d'un sondage de la firme PricewaterhouseCoopers dévoilés mardi.

Les chefs de la direction des entreprises passent graduellement du mode survie au mode croissance, a fait remarquer PricewaterhouseCoopers, dont l'enquête a été rendue publique dans le cadre du Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Cet optimisme accru pourrait donner lieu à davantage d'investissements, de croissance et de création d'emplois, a indiqué la firme.

Cependant, des militants ont prévenu que la répartition inégale de la richesse était un problème croissant et pressant devant être réglé.

PricewaterhouseCoopers a profité de la présence à Davos de dirigeants des milieux politiques et d'affaires pour dévoiler les conclusions de son sondage.

Pas moins de 85 pour cent des chefs de la direction interrogés dans le monde, notamment au Canada, ont dit s'attendre à de bonnes perspectives de croissance de leurs résultats pour les 12 prochains mois.

La firme a par ailleurs constaté des divergences d'opinions entre les chefs de la direction canadiens et leurs homologues à l'étranger en ce qui concerne les stratégies de croissance. Pour 40 pour cent des dirigeants canadiens, ces perspectives de croissance reposent principalement sur la conclusion de nouvelles coentreprises, d'alliances stratégiques ou de fusions et d'acquisitions, ce que croient seulement 20 pour cent de leurs homologues ailleurs dans le monde.

En ce qui concerne la question des principaux marchés, près de 70 pour cent des chefs de la direction canadiens voient les États-Unis comme le pays qui pourrait avoir le plus d'effet sur la croissance de leurs entreprises pour la prochaine année, bien avant le Royaume-Uni (25 pour cent), la Chine (24 pour cent) et l'Australie (20 pour cent). Le tableau est différent dans le reste du monde, où l'on a désigné la Chine (33 pour cent), les États-Unis (30 pour cent), l'Allemagne (17 pour cent) et le Brésil (12 pour cent).

Aux fins de cette enquête, 1344 entrevues ont été menées au téléphone, en ligne et par la poste dans 68 pays au cours du dernier trimestre de 2013, dont 52 au Canada.

L'Association de la recherche et de l'intelligence marketing (ARIM), association sans but lucratif qui représente tous les aspects de l'industrie du sondage, estime que les enquêtes en ligne ne peuvent présenter une marge d'erreur définitive en raison de leur méthode d'échantillonnage non aléatoire.

PLUS:pc