NOUVELLES

Le président ukrainien refuse de recevoir l'un des leaders des manifestations

21/01/2014 02:46 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

KIEV, Ukraine - Le président ukrainien a refusé, mardi, de rencontrer un leader de l'opposition qui s'était rendu à son bureau pour entamer des négociations, amenuisant les espoirs d'une solution rapide à la crise politique qui a mené à de violents affrontements entre les manifestants et la police.

La mobilisation antigouvernementale en Ukraine, qui a commencé il y a deux mois, est entrée dans une nouvelle phase depuis que le président Viktor Ianoukovitch a fait adopter la semaine dernière des lois qui réduisent significativement le droit de manifester, dans une apparente volonté de mettre fin aux manifestations réclamant son départ.

Les grands rassemblements à Kiev, la capitale, ont commencé après que M. Ianoukovitch eut abandonné les discussions avec l'Union européenne en faveur d'un rapprochement avec la Russie, qui lui a offert un prêt de 15 milliards $ US.

Face au gouvernement qui ignore leurs demandes et aux leaders de l'opposition incapables de présenter un plan cohérent ou de désigner un seul porte-parole, des manifestants radicaux ont affronté la police antiémeute à Kiev dimanche, lançant des pierres et des cocktails Molotov aux policiers, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

«Une révolution est en cours en Ukraine», a déclaré Petro Denkovets, un entrepreneur âgé de 34 ans. «Quelle révolution se déroule pacifiquement? Chaque camp montre ses forces. Le gouvernement montre ses troupes et nous, nous montrons notre courage.»

Dans une tentative d'apaiser la crise, l'un des leaders de l'opposition, le champion de boxe Vitali Klitschko, s'est rendu au bureau présidentiel mardi pour des discussions directes, mais le président n'était pas là. M. Klitschko a plutôt été reçu par des membres d'un groupe de travail chargé par le président d'entamer des discussions avec l'opposition.

Le bureau de M. Ianoukovitch a indiqué qu'il était en réunion lors de la visite de M. Klitschko.

«Le centre de la ville de Kiev brûle depuis deux jours», a déclaré M. Klitschko, l'air découragé. «Le président se trouve à deux coins de rue de là mais il n'entend rien.»

Malgré la neige et des températures glaciales, plusieurs milliers de manifestants étaient toujours rassemblés mardi dans le quartier administratif de la capitale, face à des rangs de policiers antiémeute protégés par des boucliers en métal.

Les manifestants ont réussi à rester sur les lieux toute la nuit, même si la police a démantelé certaines de leurs barricades. Quelque 1500 personnes ont reçu des soins après les affrontements de la nuit, selon Oleh Musiy, qui dirige l'équipe médicale de l'opposition.

PLUS:pc