NOUVELLES

Fausse agression : Vanessa Roussel plaide coupable

21/01/2014 01:12 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

Vanessa Roussel, une femme de 23 ans qui a déclenché une vaste opération policière en prétendant avoir été agressée sexuellement dans une halte routière à l'été 2011, a plaidé coupable mardi matin au palais de justice de Québec.

La jeune femme a admis qu'elle avait inventé toute l'histoire qui avait causé un certain émoi pendant plusieurs semaines. Elle est reconnue coupable d'entrave au travail des policiers.

Le juge l'a condamnée à neuf mois de détention à purger dans la collectivité, adhérant ainsi à la recommandation commune des avocats de la Couronne et de la défense. Elle devra demeurer à son domicile en tout temps, sauf pour se rendre à l'école ou à son travail.

Vanessa Roussel devra également réaliser un total de 150 heures de travaux communautaires.

Son avocat a fait valoir qu'elle souffre de problèmes psychiatriques qui sont traités depuis les événements.

En pleurs, l'accusée s'est dite désolée devant le tribunal.

Une vaste opération policière

En juin 2011, Vanessa Roussel avait appelé le 9-1-1 de la halte routière de Saint-Michel-de-Bellechasse, disant qu'elle venait de subir une agression sexuelle armée par deux hommes.

La Sûreté du Québec avait ouvert une enquête et déployé un maître-chien et un hélicoptère pour effectuer des recherches. Des travailleurs étrangers avaient même été contrôlés. 

La femme avait aussi aidé les enquêteurs à produire des portraits-robots de deux hommes noirs.

Pendant plus de deux semaines, plusieurs effectifs policiers se sont mobilisés jusqu'à ce que des tests d'ADN réalisés par le centre médico-légal laissent les enquêteurs perplexes. Le sperme retrouvé sur Vanessa Roussel était celui de son petit ami. 

Au bout d'un interrogatoire d'environ six heures, la jeune femme avait avoué du bout des lèvres qu'elle avait inventé toute l'histoire.

PLUS:rc