NOUVELLES

Des milliers d'Égyptiens demandent au général El-Sissi de se porter candidat

21/01/2014 01:04 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Des milliers de partisans du chef de l'armée égyptienne se sont rassemblés dans un stade du Caire mardi pour soutenir son éventuelle candidature à la présidence, profitant du troisième anniversaire du soulèvement populaire pour remercier l'armée d'avoir renversé l'ancien président islamiste l'an dernier.

Les anciens responsables de la sécurité et les partisans de l'armée qui ont organisé l'événement avaient pour objectif de renforcer les appuis populaires envers le ministre de la Défense, le général Abdel-Fatah el-Sissi, qui a délogé le président islamiste Mohammed Morsi lors du coup d'État du 3 juillet.

Le général n'a pas encore annoncé ses intentions. Un référendum tenu la semaine dernière afin de valider la nouvelle Constitution a eu un taux de participation assez modeste, ne lui donnant pas le mandat populaire qui l'aurait peut-être convaincu de se porter candidat à la présidence.

«La première de nos priorités est de choisir un leader nationaliste», a déclaré l'ancien ministre de l'Intérieur Ahmed Gamal Eddin à la foule réunie dans le stade, où des bannières affirmaient «L'Égypte vous appelle».

À ses côtés à la tribune, il y avait le prêtre copte Bolous Awida, qui a décrit le général El-Sissi comme un «aigle qui monte». Il a également scandé avec la foule: «El-Sissi est mon président!».

Un peu plus loin, le grand mufti d'Égypte, Ali Gomaa, a déclaré: «L'armée, la police et l'Égypte vous ordonnent de compléter votre bonne action».

L'organisation d'une élection présidentielle est la deuxième phase du plan de transition des militaires, introduit après le renversement de M. Morsi comme le réclamaient des millions d'Égyptiens en l'accusant d'abus de pouvoir et d'asservissement aux Frères musulmans.

Quelque 98 pour cent des électeurs ayant participé au référendum ont approuvé la Constitution, élaborée par un comité d'experts et de politiciens majoritairement laïques après la suspension de la précédente Constitution rédigée durant la présidence de M. Morsi. Mais le taux de participation au référendum n'a été que de 39 pour cent.

Le président par intérim, Adly Mansour, doit encore décider si les Égyptiens voteront d'abord pour élire un président ou un nouveau Parlement.

Ce rassemblement en faveur du général El-Sissi survient quelques jours avant les grandes manifestations prévues par les Frères musulmans, le 25 janvier, pour souligner le premier jour du soulèvement ayant mené à la chute du dictateur Hosni Moubarak, en 2011.

Des militants progressistes et laïques ont lancé des appels similaires, mais ont indiqué qu'ils ne se joindraient pas à leurs rivaux islamistes dans leurs rassemblements.

La Cour d'appel du Caire a par ailleurs annoncé, mardi, que l'un des quatre procès visant Mohammed Morsi et de hauts responsables des Frères musulmans commencerait le 16 février. Dans ce procès, ils sont accusés d'avoir conspiré avec des groupes extrémistes comme le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais, de même qu'avec l'Iran, pour déstabiliser l'Égypte. M. Morsi est aussi accusé d'avoir organisé une insurrection dans le Sinaï pour se venger de sa destitution par l'armée.

PLUS:pc