NOUVELLES

De vieux rivaux rendent hommage à Jean Chrétien

21/01/2014 11:13 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Des adversaires politiques ont fait une trêve afin de rendre hommage à l'ancien premier ministre Jean Chrétien, mardi soir.

Le premier ministre Stephen Harper, en voyage au Moyen-Orient, a donné le ton à la soirée en remerciant, par vidéo, M. Chrétien pour les années de service à la cause publique.

M. Harper a fait remarquer que M. Chrétien, qui a eu 80 ans le 11 janvier, avait la même date de fête que le premier premier ministre du pays, le conservateur John A. Macdonald.

Selon lui, les deux hommes partageaient plusieurs points en commun. Les deux ont dédié leur vie à servir le Canada, ils aimaient la politique et mener des campagnes électorales. Ils adoraient la victoire et ils l'ont connue à plusieurs reprises.

Plus de 700 politiciens de tous les partis, gens d'affaires et sympathisants libéraux ont assisté à la soirée qui s'est déroulée à guichets fermés. Le prix du billet s'élevait à 400 $. Les bénéfices de la soirée seront remis à la Maison de la Francophonie de Toronto.

Le gala avait reçu l'assentiment de deux grands rivaux de Jean Chrétien, les anciens premiers ministres John Turner et Paul Martin. Les organisateurs espéraient y voir le signe que les libéraux avaient enfin enterré leurs vieilles querelles internes qui ont nui au parti.

Parmi ceux qui faisaient partie du comité promotionnel de la soirée, on note l'ancien premier ministre conservateur Joe Clark, l'ancien chef du Nouveau Parti démocratique Ed Broadbent et les anciens premiers ministres provinciaux Jean Charest, Mike Harris, Bill Davis, Gary Filmon, Roy Romanow, Brian Tobin et Bernard Lord.

Frank McKenna, Daniel Johnson et Bob Rae ont également assisté à la soirée.

Les organisateurs espéraient que cette soirée permettrait de rappeler aux Canadiens que la politique peut être un métier noble, pas seulement un cirque.

M. Charest, qui a fait office de maître de cérémonie, a raconté que M. Chrétien et lui avaient établi des liens solides lors du référendum québécois de 1995. Les deux hommes ont eu de nombreux différents, mais lorsqu'il était question du Canada et de la cause fédéraliste, ils marchaient « main dans la main ».

M. Chrétien a été élu à la Chambre des communes en 1963. Il a été ministre à plusieurs reprises avant de devenir chef du gouvernement en 1993. Il s'est retiré en 2003 alors que le scandale des commandites battait son plein.

Il a été le bras droit de Pierre Elliott Trudeau lors du premier référendum québécois sur la souveraineté en 1980, et lors du rapatriement de la Constitution et de l'adoption d'une charte des droits.

PLUS:rc