NOUVELLES

De vieux rivaux rendent hommage à l'ancien premier ministre Chrétien

21/01/2014 09:23 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Des personnalités couvrant tout le spectre politique ont salué le courage, la passion et la vision de l'ancien premier Jean Chrétien au cours d'un gala organisé en son honneur, mardi soir.

Ce gala rendant hommage à l'homme qui a occupé presque tous les postes importants du conseil des ministres avant de conduire les libéraux à trois victoires consécutives est unique dans les annales politiques canadiennes. Il réunissait des politiciens d'hier et d'aujourd'hui, amis et rivaux, tous prêts à saluer l'amour et l'engagement de M. Chrétien envers son pays.

Les organisateurs de cet événement non-partisan, qui a attiré plus de 700 personnes ayant payé 700 $ pour y assister, espèrent convaincre les Canadiens que la politique peut se jouer sur la scène d'un noble théâtre, pas seulement sur la piste d'un vulgaire cirque, et qu'un individu peut y accomplir de grandes choses.

«Plusieurs personnes dénigrent la politique, a dit John Rae, le stratège derrière les victoires de Jean Chrétien, à l'auditoire. Mais il est clair (...) que derrière chaque avancée historique, il y avait un leader politique.»

Le leadership en politique nécessite de l'intelligence, de l'énergie, de la passion, de l'engagement, du travail d'équipe et du caractère, a ajouté M. Rae. Et toutes ses qualités, ont répété les intervenants les uns après les autres, M. Chrétien les avait.

Ils ont récité les exploits de M. Chrétien: il a été le premier francophone à être ministre des Finances; il a aidé Pierre Trudeau à rapatrier la Constitution et à faire adopter une charte des droits; il a éliminé le déficit fédéral; il a refusé de participer à la guerre contre l'Irak, etc.

L'ancien premier ministre néo-démocrate de la Saskatchewan, Ron Romanow, a salué l'idée de M. Chrétien d'amener les premiers ministres provinciaux avec lui lors de missions économiques à l'étranger. Selon lui, «l'histoire retiendra qu'il a été l'un des plus grands premiers ministres de ce pays».

Un autre ancien premier ministre provincial, Jean Charest, a été le maître de cérémonie de la soirée. Il a raconté que M. Chrétien et lui avaient établi des liens solides lors du référendum québécois de 1995. Les deux hommes ont eu de nombreux différents mais lorsqu'il était question du Canada et de la cause fédéraliste, ils marchaient «main dans la main».

Le premier ministre Stephen Harper, en voyage au Moyen-Orient, a donné le ton à la soirée en remerciant, par vidéo, M. Chrétien pour les années de service à la cause publique. M. Harper a fait remarquer que M. Chrétien, qui a eu 80 ans le 11 janvier, avait la même date de fête que le premier premier ministre du pays, le conservateur John A. Macdonald.

Selon lui, les deux hommes partageaient plusieurs points en commun. Les deux ont dédié leur vie à servir le Canada, ils aimaient la politique et mener des campagnes électorales. Ils adoraient la victoire et ils l'ont connue à plusieurs reprises.

L'actuel chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a dit que M. Chrétien a toujours compris que «servir les Canadiens était la plus haute vocation».

«La politique était la route; le service public, la récompense. Merci de nous rappeler que l'authenticité en politique n'est pas seulement possible mais préférable.»

M. Chrétien a raconté qu'il voulait devenir architecte mais son père, qui rêvait de faire de lui un politicien, a insisté pour qu'il étudie en droit. «Pour moi, c'était difficile mais je n'ai eu aucun regret. Servir le Canada est la meilleure chose que vous pouvez faire dans la vie.»

M. Charest a mentionné que M. Chrétien est quand même devenu un architecte: «l'architecte du Canada.»

Le gala avait reçu l'assentiment de deux grands rivaux de Jean Chrétien, les anciens premiers ministres John Turner et Paul Martin. Les organisateurs espéraient y voir le signe que les libéraux ont enfin enterré leurs vieilles querelles internes qui ont nui au parti.

Parmi ceux qui faisaient partie du comité promotionnel de la soirée, on note l'ancien premier ministre conservateur Joe Clark, l'ancien chef du Nouveau Parti démocratique Ed Broadbent et les anciens premiers ministres provinciaux Jean Charest, Mike Harris, Bill Davis, Gary Filmon, Roy Romanow, Brian Tobin et Bernard Lord.

Frank McKenna, Daniel Johnson et Bob Rae ont également assisté à la soirée.

Élu pour la première fois à la Chambre des communes sous la bannière libérale le 8 avril 1963, Jean Chrétien y a siégé pendant 36 ans au cours desquels il a servi sous six premiers ministres et occupé 12 postes au cabinet, dont ceux des Affaires indiennes, du Conseil du trésor, de l’Industrie, des Finances et de la Justice, avant de prendre lui-même les commandes du gouvernement, en 1993.

Il est resté à la barre du pays pendant dix années couvrant le référendum sur la souveraineté du Québec de 1995, les attentats terroristes du 11 septembre 2001, le début des conflits en Afghanistan et en Irak ainsi que la légalisation du mariage entre conjoints de même sexe, entre autres.

Il a cédé la place à son ancien ministre des Finances et rival éternel, Paul Martin, à l’automne 2003.

La fin de sa carrière politique a été entachée par le scandale des commandites, qui a mis en cause son administration et terni l’image de son part

Les bénéfices de la soirée seront remis à la Maison de la Francophonie de Toronto.

PLUS:pc