NOUVELLES

Algérie: le complexe gazier d'In Aménas à pleine capacité d'ici quelques semaines (ministre)

21/01/2014 01:31 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Le complexe gazier d'In Amenas, cible d'une attaque meurtrière de jihadistes il y a un an, fonctionnera de nouveau à pleine capacité d'ici quelques semaines, a annoncé mardi à Alger le ministre de l'Energie et des Mines Youcef Yousfi.

"Les opérations effectuées en 2013 ont consisté à réparer les dégâts, faire démarrer l'unité avec un train, puis deux trains et le troisième sera opérationnel d'ici quelques semaines et on aura alors atteint la capacité totale" du site gazier, a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse.

Le site gazier de Tiguentourine, situé à 1.300 km au sud-est d'Alger en plein Sahara, "entrera alors en production avec sa pleine capacité", mais pour l'heure, a-t-il précisé, "deux trains fonctionnent au-delà de leur capacité nominale".

Le troisième avait été très endommagé, des assaillants s'étant fait exploser avec des otages, lors de cette attaque lancée le 16 janvier 2013. Les Forces spéciales étaient rapidement intervenues mais avaient eu raison de la trentaine d'assaillants au bout de trois jours. Une quarantaine d'otages avaient été tués.

Le ministre a précisé que la remise en état du site avait été "réalisée par les propres moyens de la société publique algérienne Sonatrach mais en étroite concertation avec nos partenaires" étrangers, le britannique BP, le norvégien Statoil, ainsi que le sous-traitant japonais JGC.

"Nous continuons à travailler avec nos partenaires même s'ils ne sont pas présents physiquement sur les lieux", a encore souligné M. Yousfi.

Le PGD de Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, présent à cette conférence de presse, a indiqué que la production primaire d'hydrocarbures avait souffert de cette attaque, qui a contribué à la faire baisser de 4% en 2013 par rapport à l'année précédente. Le repli opéré par les partenaires de Sonatrach a également affecté la production, qui a atteint 190 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP), a-t-il précisé.

Enfin, interrogé sur une attaque avortée lundi contre des ingénieurs de l'entreprise algérienne ENAGEO implantée entre In Amenas et Illizi, dont a fait état le site en ligne Algérie 1, le ministre de l'Energie n'a pas démenti.

"Malheureusement il y a toujours quelques attaques contre des filiales de Sonatrach dans des endroits très isolés. Cela concerne les gens du génie, on leur vole leur voiture et leur radio. On ne sait pas si c'est des terroristes ou des bandits mais heureusement il n'y a eu ni mort ni blessés".

ad-bmk/feb

PLUS:hp