POLITIQUE

Pauline Marois en mission économique à Londres et Davos (VIDÉO)

20/01/2014 06:39 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT
Getty
Pauline Marois, premier of Quebec, speaks during an interview in New York, U.S., on Thursday, Dec. 13, 2012. Marois, premier of Canada's second-most populous province, reiterated her aim to move Quebec toward independence and said it values its relationship with the U.S. Photographer: Scott Eells/Bloomberg via Getty Images

Dans le cadre d'un voyage de cinq jours en Europe, la première ministre du Québec, Pauline Marois, a annoncé lundi matin que la firme d'investissement londonienne White Star Capital allait ouvrir un bureau à Montréal.

Québec investit 10 millions de dollars américains dans ce fonds spécialisé dans les secteurs des médias sociaux, du commerce électronique, du jeu vidéo et des applications mobiles.

D'après le fondateur de White Star Capital, le Québécois Éric Martineau-Fortin, le fonds trouvera des « opportunités d'investissement » dans la province d'une valeur au moins équivalente à la contribution financière de Québec.

En point de presse, Mme Marois s'est félicitée de l'arrivée de cette firme qui offre ses services aux entreprises en démarrage. Selon elle, l'implantation de White Star Capital à Montréal démontre que la province offre un climat « très favorable à l'investissement ».

La première ministre a aussi visité les studios de l'entreprise britannique Cinesite, spécialisée dans les effets spéciaux, qui s'installera dans le Grand Montréal. Quelque 200 emplois seront créés d'ici quatre ans. 

Vers la Suisse

Après un arrêt dans la capitale anglaise pour rencontrer des gens d'affaires et prononcer un discours sur les occasions d'investissements au Québec, Mme Marois se dirigera mardi vers la Suisse. Elle doit participer à la 44e édition du Forum économique mondial de Davos.

Pauline Marois voit dans cette mission économique une « occasion unique » de faire la promotion du Québec et de rencontrer des acteurs clés des domaines financier, économique et politique.

Au fil des années, le Forum économique de Davos est devenu un rendez-vous incontournable des décideurs mondiaux. En plus de rencontres avec des décideurs, la première ministre prendra part à deux ateliers, dont un sur les solutions de rechange en matière d'énergie dans le secteur des transports, sujet d'intérêt pour le Québec, qui vient de lancer sa stratégie d'électrification des transports. L'autre atelier portera sur les moyens de mieux adapter la formation au marché de l'emploi, surtout pour les jeunes.

Ces activités seront l'occasion pour Mme Marois de lancer le message que les incitatifs de sa politique économique font du Québec un lieu « particulièrement propice » à l'investissement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois