NOUVELLES

Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta annonce une restructuration de l'armée

20/01/2014 10:55 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé une restructuration de l'armée par le biais d'une loi de programmation quinquennale, à l'occasion du 53e anniversaire des forces maliennes marqué lundi par un défilé avec leurs alliés anti-jihadistes.

Le défilé s'est déroulé à Bamako en présence du président Keïta, du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian et de chefs militaires. Des Casques bleus, des formateurs militaires européens et des soldats français de l'opération Serval y ont participé aux côtés des soldats maliens.

"L'armée malienne est de retour. (...) Nous avons vu là des hommes aujourd'hui déterminés à défendre la patrie partout", a déclaré M. Keïta à l'issue de la cérémonie militaire à la télévision publique malienne ORTM.

Parlant des militaires maliens actuellement déployés dans le nord du Mali, il a affirmé: "Nous comptons sur eux, ils sont l'espoir du Mali. Qu'ils sachent que nous ferons tout pour qu'ils soient dans les meilleures conditions pour servir ce pays".

Dans un discours prononcé dimanche soir, à la veille de la célébration de la fête de l'armée, le président Keïta a annoncé l'adoption prochaine d'une loi de programmation militaire sur cinq ans pour restructurer les forces maliennes.

"Sera adoptée une loi de programmation militaire 2014-2018, dont le début de mise en oeuvre permettra de consacrer la montée en puissance de notre outil de défense sur les cinq prochaines années", a-t-il affirmé, sans préciser de calendrier.

"La réforme structurelle est en oeuvre. Je veillerai personnellement à sa conduite pour qu'elle atteigne son point d'achèvement", a-t-il ajouté.

Il a noté que le 53e anniversaire de l'armée intervenait "après les péripéties affligeantes de l'histoire immédiate" du Mali, qui a connu 18 mois de crise politico-militaire.

L'épilogue de la crise a été l'élection présidentielle de juillet-août 2013, qu'il a remportée, après l'intervention militaire internationale contre les jihadistes déclenchée par la France en janvier 2013, et toujours en cours.

Sous-équipée, mal formée et mal dirigée, l'armée malienne avait connu une débâcle face à des groupes armées, notamment jihadistes, dotés d'armes lourdes venant de Libye qui ont occupé les deux-tiers du pays pendant plus de neuf mois en 2012-2013.

"Au moment où je vous parle, notre outil de défense nationale est en cours de réhabilitation", a également dit Ibrahim Boubacar Keïta, indiquant que, "à l'initiative des autorités maliennes, le Mali et la France discutent présentement d'un éventuel accord de coopération militaire".

La signature d'un accord de défense entre le Mali et la France était prévue à l'occasion de la visite de M. Le Drian mais elle a été reportée, sans explication officielle.

Face aux groupes armés en 2012, le Mali "a dû demander l'intervention militaire française", sans autre choix, et aujourd'hui, avec des menaces "devenues bien plus amples et diverses, (...) l'avenir peut être encadré par un accord qui lie les parties prenantes rendant ainsi prévisibles les actions attendues", selon lui.

Le Mali envisage aussi "de discuter, dans un proche avenir, d'accords de coopération militaire avec d'autre pays, sans exclusion inopportune", a-t-il ajouté, sans identifier ces pays.

"Les accords de coopération militaire, en discussion ou à venir, ne tiendront compte que de l'intérêt du Mali, de tous les intérêts du Mali et des Maliens, tout en renforçant nos capacités et celles de nos partenaires à faire face à l'insécurité structurelle de l'espace sahélo-saharien", a-t-il assuré.

Par ailleurs, M. Keïta a réitéré sa "disposition au dialogue" avec des groupes armés, sans nommément les citer. "Dialoguer avec ses compatriotes n'est pas une faiblesse pour un pouvoir mais une force, à condition que le dialogue vise l'intérêt du Mali et des Maliens", a-t-il dit.

sr-str-sd-cs/mrb/jmc

PLUS:hp