NOUVELLES

L'UE "très préoccupé" par la situation en Ukraine

20/01/2014 11:16 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

L'Union européenne est "très préoccupée" par la situation en Ukraine et a appelé toutes les parties au dialogue pour trouver une "solution démocratique" à la crise politique actuelle.

"L'UE est très préoccupée par les récents événements en Ukraine et exhorte tous les acteurs à chercher, à travers un dialogue sans exclusive, une solution démocratique à la crise politique actuelle qui réponde aux aspirations du peuple ukrainien", est-il écrit dans un texte adopté par les 28 ministres des Affaires étrangères de l'UE à l'issue d'une réunion à Bruxelles.

Les Européens ont en outre appelé tous les acteurs de la crise ukrainienne à "faire preuve de retenue" et les autorités "à respecter pleinement et à protéger le droit des manifestants pacifiques à se rassembler et à s'exprimer, et la liberté de la presse".

"Tous les actes de violence doivent être l'objet d'enquêtes et les responsables traduits en justice", insiste la déclaration publiée tandis que des milliers de manifestants favorables à l'UE bravaient à nouveau les forces de l'ordre lundi en fin de journée à Kiev, au lendemain d'une nuit de violents affrontements et sans nouvelles d'une conciliation promise par le pouvoir ukrainien sous la pression des Etats-Unis.

Les ministres européens ont également dénoncé dans leur déclaration les lois, promulguées vendredi, qui "pourraient restreindre considérablement les droits fondamentaux de rassemblement des citoyens ukrainiens, la liberté de la presse et les activités des organisations de la société civile".

"L'utilisation de la violence (contre des manifestants) aura des conséquences et on ne peut pas exclure des sanctions" contre l'Ukraine, avait mis en garde, au début de la réunion, le chef de la diplomatie lituanienne, Linas Linkevicius.

D'éventuelles sanctions "ne sont pas au programme" de la réunion des ministres des Affaires étrangères ce lundi, "mais cela ne veut pas dire que ce ne sera pas au programme dans l'avenir" si la situation ne change pas, avait-il ajouté.

"Il est très important que nous réagissions", avait pour sa part dit le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt.

"Je déplore absolument la violence qui a eu lieu", avait déclaré de son côté le Britannique William Hague. "Je crois que c'est une erreur d'avoir introduit des restrictions à la liberté de manifester", avait-il ajouté.

Dans le texte adopté à l'issue de la réunion des ministres, l'UE maintient qu'elle est toujours disposée à signer un accord d'association avec l'Ukraine fondé sur "le respect de valeurs communes" dès que Kiev "sera prêt".

Soumis à de fortes pressions de la Russie, le président Viktor Ianoukovitch a refusé à la fin de l'an dernier de signer un tel accord, préférant un rapprochement avec Moscou. La Russie a ensuite accordé un crédit de 15 milliards de dollars à l'Ukraine

Un sommet UE-Russie est prévu à Bruxelles pour le 28 janvier et l'Ukraine devrait figurer au menu de cette réunion qui s'annonce difficile.

aje/cel/bds

PLUS:hp