NOUVELLES

Les blessures et le manque de profondeur ont torpillé la saison des Patriots

20/01/2014 08:13 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

FOXBOROUGH, États-Unis - La saison des Patriots de la Nouvelle-Angleterre s'est terminée à deux victoires d'une autre conquête du Super Bowl, et ce résultat pourrait s'expliquer par les nombreuses blessures et le manque de profondeur de l'équipe chez les ailiers espacés.

Ils ont peut-être été victimes de leurs succès, car c'étaient surtout des recrues et des joueurs autonomes au passé douteux qui ont occupé des postes clés au sein de leur formation. Et ce qui devait arriver, arriva. Les Patriots ont été dominés par la meilleure attaque de la NFL, dans le match de championnat de l'Association américaine.

En conséquence, lundi, LeGarrette Blount a empilé ses effets personnels dans un gros sac de poubelle, Joe Vellano a quitté le vestiaire en portant sous le bras un casque protecteur dans lequel se trouvait un ballon autographié et les autres joueurs des Patriots discutaient de la persévérance dont ils ont fait preuve pour accéder au match de championnat de l'Américaine pour une troisième saison consécutive.

«Je suis fier de ce groupe de gars, a commenté le demi de sûreté Steve Gregory. Nous avons surmonté tant d'obstacles. Ce n'était vraiment pas une mauvaise saison.»

Les Patriots (13-5) ont connu leur pire performance au pire moment, et ils se sont inclinés 26-16 devant les Broncos de Denver dimanche.

La défensive a concédé 507 verges, soit le plus haut total depuis que Bill Belichick a accepté le poste d'entraîneur-chef des Patriots, il y a 14 saisons. Tom Brady a manqué de précision en décochant des passes vers ses ailiers espacés. Et ils ont perdu les services de l'un de leurs meilleurs joueurs défensifs lorsque le demi de coin Aqib Talib s'est blessé à un genou en entrant en collision avec Wes Welker, tôt au deuxième quart.

C'était «un geste flagrant de l'ailier espacé pour sortir Aqib», a commenté Belichick lundi.

Pas tant que ça, a rétorqué l'entraîneur-chef des Broncos de Denver John Fox.

«Wes Welker est un grand joueur, très intègre, a-t-il expliqué. Nous n'avons posé aucun geste salaud.»

Welker serait encore avec les Patriots s'ils ne l'avaient pas laissé filer sur le marché des joueurs autonomes pendant la saison morte. Désormais, ils sont confrontés à la même situation avec d'autres joueurs d'impact — Talib, Blount, l'ailier espacé Julian Edelman, le centre Ryan Wendell et le secondeur Brandon Spikes.

«Je ne pense même pas à ça en ce moment, a mentionné Edelman. Je pense aux gars dans ce vestiaire, aux entraîneurs, à tout le travail que nous avons accompli cette saison.»

Les Patriots ne pourront probablement pas se passer des services d'Edelman, le seul ailier espacé qui a capté plus de 54 passes. Et ils pourraient de toute évidence profiter de l'arrivée d'un ailier espacé qui représenterait une menace dans les zones profondes.

Le seul joueur qui a occupé ce rôle au cours des 14 saisons de Tom Brady avec les Patriots fut sans contredit Randy Moss, un ailier espacé qui n'a disputé que trois saisons complètes avec l'équipe avant d'être échangé après la quatrième partie de la campagne 2010. Quatre de leurs cinq receveurs de passes réguliers en 2012 n'étaient plus avec l'équipe cette saison.

D'autre part, les porteurs de ballon ont fait du bon travail en 2013, même si Stevan Ridley a commis quelques échappés et que Shane Vereen a surtout été employé comme dépanneur pour Brady.

C'est surtout chez les ailiers rapprochés que les Patriots ont écopé, puisqu'ils ont perdu les services de l'un des meilleurs duos de la NFL — Rob Gronkowski s'est blessé à répétition et Aaron Hernandez est accusé de meurtre prémédité. Il a plaidé non-coupable.

En conséquence, les Patriots ne recevront pas la bague des champions du Super Bowl pour une neuvième saison consécutive, après leurs trois conquêtes en quatre ans.

Mais ça ne préoccupe pas Belichick, qui va surmonter sa déception et passer la majeure partie de la saison morte à apporter les correctifs nécessaires pour revenir en force en 2014.

«Ça va aller, a-t-il assuré. Je vais évacuer toute ma frustration à Pebble Beach, et voir si je peux frapper ma balle (de golf) au-dessus de l'eau, plutôt que dedans comme j'en ai l'habitude.»

PLUS:pc