BIEN-ÊTRE

Le cidre de glace en perte de vitesse au Québec

18/01/2014 09:59 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Le cidre de glace est en perte de vitesse au Québec. Du moins, si l'on se fie aux ventes de la Société des alcools du Québec (SAQ), qui sont en baisse depuis les deux dernières années. « De notre côté, en boutique, nous remarquons une augmentation » explique Éric Lafrance, président des Vergers Lafrance. Mais dans l'ensemble, le cidre de glace a perdu du terrain.

Un texte de Francis Labbé

À la SAQ, en 2013, les ventes de cidre de glace s'établissaient à 5,6 millions de dollars, une baisse de 10 % par rapport à 2012. Toutefois, les ventes à la SAQ ne tiennent pas compte des ventes réalisées dans les boutiques des producteurs.

« Dans l'ensemble, le cidre de glace à la baisse », confirme Michel Jodoin, président de l'Association des cidriculteurs artisans du Québec.

« La crise économique nous a touchés », admet François Pouliot, président de La Face Cachée de la Pomme, l'un des premiers producteurs de cidre de glace au Québec. « Ça repris depuis un an. Une lente progression, mais une progression quand même.  Il reste encore passablement de travail à faire pour faire connaître ce produit, même ici au Québec » poursuit-il.

Activités promotionnelles

Pour faire connaître le cidre de glace au grand public, les producteurs rivalisent d'activités de promotion. À Hemmingford, La Face Cachée de la Pomme offre des Classes Neige, où les curieux peuvent assister aux étapes de fabrication du cidre de glace.

Aux Vergers Lafrance, à Saint-Joseph-du-Lac, le public est invité à venir cueillir les pommes de glace. Cette cueillette publique, qui a débuté le 17 janvier, permettra l'élaboration d'une cuvée spéciale de cidre de glace.

La France et les États-Unis

L'avenir du cidre de glace semble toutefois se trouver à l'extérieur du Québec. « Le potentiel à l'étranger est énorme », précise François Pouliot, président de La Face Cachée de la Pomme. 

L'entreprise de Hemmingford, en Montérégie, exporte environ 50 000 bouteilles de cidre de glace par année, soit 15 % de sa production. « Les États-Unis et la France sont nos deux principaux clients », explique François Pouliot, dont l'entreprise souhaite aussi conquérir l'Angleterre. « Quand les gens y goûtent, ils l'adoptent. »

« Le Canada, c'est le froid. Alors le cidre de glace, c'est vendeur », rajoute Éric Lafrance. « Nous exportons dans une douzaine de pays en ce moment mais nous nous sommes aperçus que c'est un produit qui doit être connu d'abord. Ça nécessite l'aide d'un très bon partenaire d'affaire, sur place. Nous allons augmenter nos efforts à l'étranger dans les prochaines années. Notamment en Scandinavie. » 

Le cidre pétillant en effervescence

Parmi les alcools de la pomme, c'est le cidre mousseux qui connaît la plus forte croissance. « C'est fulgurant », affirme le président de l'Association des cidriculteurs artisans du Québec. « Nous l'avons remarqué dans nos boutiques à nous, mais aussi dans les épiceries et dans les établissements licensiés. C'est devenu le cidre le plus consommé au Québec. »

INOLTRE SU HUFFPOST

La classe Neige de La face cachée de la pomme