NOUVELLES

La sonde spatiale Rosetta est bien réveillée et opérationnelle

20/01/2014 01:33 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT
ESA - C. Carreau

La sonde européenne Rosetta est sortie comme prévu lundi de 31 mois de sommeil, a annoncé l'ESA, et elle doit maintenant se préparer à son rendez-vous avec la comète 67P/TG, une boule de glace de 4 km de diamètre dont elle va tenter de percer les secrets.

Le réveil de Rosetta était programmé pour sonner lundi à 10h00 GMT (11h00 de Paris) mais le premier signal, après un long processus automatisé, n'est parvenu sur Terre - à 800 millions de km de là - qu'à 18h18 GMT, après un voyage de 45 minutes à la vitesse de la lumière.

Reçu par la station au sol de la Nasa à Goldstone (USA), ce signal a été immédiatement confirmé par le Centre européen d'opérations spatiales de l'agence spatiale européenne (ESA) à Darmstadt et le réveil de la sonde a été annoncé sur le compte Twitter @ESA_Rosetta: "Salut, le monde!".

"Il fallait absolument que le réveil fonctionne", a dit Fred Jansen, responsable de la mission Rosetta à l'ESA. "Après une journée d'attente éprouvante, nous sommes ravis que notre sonde soit réveillée et communique de nouveau ", dit-il dans un communiqué.

Avec Rosetta, l'ESA cherche à percer l'évolution du système solaire depuis sa naissance grâce à l'analyse de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, qu'elle doit rencontrer cet été, avant de faire un bout de chemin dans l'espace avec elle, jusqu'à la fin de l'année 2015.

"Notre chasseur de comètes est de retour. Grâce à Rosetta, nous allons franchir une nouvelle étape dans l'exploration des comètes", a déclaré Alvaro Giménez, directeur de l'exploration robotique de l'organisation.

Rosetta devrait envoyer les premières images de la comète en mai, alors qu'elle se trouvera encore à 2 millions de kilomètres de sa cible. Vers la fin du mois de mai, elle effectuera une importante manoeuvre d'alignement sur cette dernière en prévision de leur rendez-vous crucial qui devrait avoir lieu en août.

Cet été, elle se portera à une centaine de km de la comète 67P/TG, qu'elle commencera à étudier sous toutes les coutures, à la recherche notamment d'un lieu d'atterrissage propice pour son module Philae.

Cet engin, gros comme un réfrigérateur mais bourré d'instruments de pointe, doit harponner la boule de glace cosmique en novembre 2014.

INOLTRE SU HUFFPOST

Chris Hadfield ‏partage son séjour dans l'espace