NOUVELLES

Des extrémistes menacent d'attaquer les Jeux olympiques de Sotchi

20/01/2014 09:57 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

MOSCOU - L'agence antiterroriste russe analyse une vidéo mise en ligne par un groupe islamiste qui revendique la responsabilité des attentats du mois dernier à Volgograd et menace d'attaquer les Jeux olympiques de Sotchi.

Des experts de la sécurité soutiennent que Moscou a raison de prendre la menace au sérieux.

La vidéo a été publiée dimanche sur Internet par un groupe extrémiste du Daguestan, une république majoritairement musulmane du Caucase du Nord, en Russie. La ville hôte des Jeux olympiques, Sotchi, se situe seulement 500 kilomètres à l'ouest du Daguestan.

Deux hommes russophones figurant dans la vidéo sont identifiés comme des membres d'Ansar al-Sunna, le nom d'un groupe extrémiste actif en Irak. On ne sait pas s'ils ont reçu du financement ou un entraînement du groupe ou s'ils ont seulement adopté son nom.

Aucune source officielle n'a confirmé que les deux hommes sont bien les kamikazes de Volgograd, comme l'affirme la vidéo. Les deux attentats, commis à la fin du mois de décembre, ont fait 34 morts au total.

Le Comité national antiterroriste a déclaré lundi qu'il analysait la vidéo et qu'il ne ferait pas de commentaires dans l'immédiat.

La vidéo ne pouvait être visionnée en Russie, où les fournisseurs Internet en empêchaient l'accès en vertu d'une loi qui interdit la «diffusion de matériels extrémistes».

Elle a été publiée par un groupe de coordination des rebelles cherchant à établir un État islamique indépendant dans le Caucase du Nord.

Doku Umarov, un seigneur de guerre et leader tchétchène à l'Émirat du Caucase, a ordonné un arrêt des attaques contre des civils en 2012. Mais il a changé son fusil d'épaule en juillet dernier, incitant ses adeptes à frapper les Jeux olympiques de Sotchi — du 7 au 23 février —, qu'il a qualifié de «danse satanique sur les restes de nos ancêtres».

Le dirigeant de la Tchétchénie soutenu par le Kremlin a soutenu la semaine dernière que Doku Umarov était mort, mais cela n'a pas pu être vérifié.

Andreï Soldatov, un analyste indépendant de la sécurité établi à Moscou, a affirmé que la menace dans la vidéo devait être prise au sérieux.

«Ils ont les moyens de frapper au-delà du Caucase du Nord, ce qu'ils ont démontré à Volgograd, a-t-il expliqué. Il est extrêmement difficile de stopper une attaque suicide à la bombe solitaire.»

Georgy Mirsky, un expert russe du Moyen-Orient renommé, a fait valoir que la vidéo reflète les liens de plus en plus étroits entre les jihadistes du Caucase et ailleurs dans le monde.

Moscou a répondu à la menace islamiste en mettant en place certaines des mesures de sécurité les plus imposantes jamais vues pour un événement sportif international. Quelque 100 000 policiers, militaires et autres membres de la sécurité ont été déployés, et des restrictions serrées ont été instaurées pour l'accès au secteur de Sotchi.

Quiconque veut assister aux Jeux olympiques doit acheter un billet en ligne auprès des organisateurs et obtenir une passe de spectateur qui requiert de fournir les coordonnées de son passeport.

Les autorités ont déjà interdit l'accès à toutes les voitures enregistrées à l'extérieur de Sotchi, et la police russe a fait des vérifications porte-à-porte de tous les résidants de la ville.

M. Soldatov a argué que la sécurité massive en vue des Jeux peut aussi avoir un envers de médaille.

«Lorsque vous disposez tant de troupes au sol, vous risquez d'avoir certains problèmes à coordonner tous ces gens», a-t-il d'abord souligné.

M. Soldatov a aussi noté qu'une telle menace d'un «cadeau» aux visiteurs des Jeux contenue dans la vidéo est imprécise et pourrait signifier une attaque à l'écart des installations olympiques hautement surveillées. «Ils ne tentent jamais de préciser l'endroit où ils pourraient attaquer», a-t-il mentionné.

PLUS:pc