NOUVELLES

Bombardier: les commandes ont chuté de 19%

20/01/2014 11:46 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT
Bloomberg via Getty Images
A logo sits on the side of a Learjet 45XR aircraft, manufactured by Bombardier Inc., on the second day of the Farnborough International Air Show in Farnborough, U.K., on Tuesday, July 10, 2012. The Farnborough International Air Show runs from July 9-15. Photographer: Matthew Lloyd/Bloomberg via Getty Images

MONTRÉAL - Les effets de la reprise économique mondiale hésitante en 2013 ont été ressentis chez Bombardier (TSX:BBD.B), qui a vu son total de commandes fléchir de façon significative en plus de rater sa cible de livraison en ce qui a trait aux avions d'affaires.

La division aéronautique de l'entreprise québécoise a livré 238 appareils en 2013, soit cinq de plus qu'en 2012, mais son nombre total de commandes a reculé de 19 pour cent.

«L’économie mondiale est demeurée au ralenti, et, avec la reprise qui prend plus de temps que prévu initialement, l’année 2013 est restée pleine de défis pour l’aviation», a déclaré lundi Guy Hachey, président et chef de l’exploitation de Bombardier Aéronautique.

«Malgré cette conjoncture difficile, nous avons connu un solide rendement global», a-t-il ajouté par voie de communiqué.

Au cours de l'année 2013, l'avionneur montréalais a livré 10 appareils d'affaires de moins que ses prévisions. L'entreprise attribue notamment cette performance à la transition des avions Learjet 40 XR et Learjet 45 XR aux avions Learjet 70 et Learjet 75.

Au total, Bombardier a livré 180 avions d'affaires, 55 appareils commerciaux et trois avions amphibies. L'entreprise a reçu 388 commandes, en excluant les annulations, comparativement à 481 pour l'exercice financier de 2012.

Au cours de l'exercice 2013, 305 avions d'affaires, 81 appareils commerciaux et deux avions amphibies ont été commandés à Bombardier, comparativement à 343 avions d'affaires et 138 appareils commerciaux en 2012.

Flexjet et Visajet ont notamment commandé des appareils d'affaires, alors qu'American Airlines, Ilyushin Finance (de Russie) et Iraqi Airways ont commandé des avions commerciaux, dont des CSeries. Les premières livraisons de ces derniers avions ont été repoussées à la deuxième moitié de l'année 2015.

M. Hachey a également souligné que la stratégie de diversification géographique de l'entreprise dans certains pays ciblés s'était poursuivie en 2013.

«Nos efforts pour accroître la présence de nos produits dans des marchés internationaux en plein essor ont porté des fruits, avec des commandes de clients en Afrique, en Asie-Pacifique, en Chine, au Moyen-Orient et en Russie», a-t-il affirmé.

En ce qui a trait aux avions d'affaires, Bombardier a livré, en 2013, 29 Learjet, 89 Challenger et 62 Global, comparativement à 39 Learjet, 86 Challenger et 54 Global en 2012.

Les livraisons de jets régionaux ont presque doublé de 2012 à 2013, passant de 14 à 26. Celles des Q400 ont cependant fléchi de 19 pour cent au cours de la même période, passant de 36 en 2012 à 29 en 2013.

Les commandes d'avions commerciaux ont quant à elles reculé de 41 pour cent en 2013, celles des CRJ passant notamment de 73 en 2012 à 30 en 2013. Celles de la CSeries ont cependant plus que doublé, passant de 15 en 2012 à 34 l'an dernier.

D'après l'analyste Benoît Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, le nombre de livraisons totales plus élevé que prévu devrait avoir un impact sur les résultats du quatrième trimestre, qui doivent être dévoilés le 13 février.

«À première vue, cela devrait ajouter 250 millions $ US à nos prévisions de revenus de 4,9 milliards $ US pour le quatrième trimestre», écrit-il dans une note envoyée par courriel.

Par ailleurs, M. Poirier ne semble pas trop s'inquiéter du recul des commandes chez Bombardier en 2013.

«Nous croyons que 2014 s'annonce bien avec de potentielles commandes fermes de la part de Nantong Tongzhou Bay Aviation, FlexjJet, Ilyushin Finance, Air Canada et Arik Air, pour ne nommer que celles-ci», souligne l'analyste.

Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, a quant à lui qualifié de «solide» le nombre total de commandes des jets régionaux.

«Nous ne sommes pas inquiets en ce qui a trait au carnet de commandes de Bombardier pour ses jets régionaux et même pour celui de ses avions régionaux, écrit l'analyste dans une note. L'entreprise devrait être en mesure d'augmenter la cadence de production en 2014.»

L'action de Bombardier a clôturé lundi à 4,11 $, un cours inchangé par rapport à la fermeture de vendredi.

INOLTRE SU HUFFPOST

La CSeries de Bombardier