NOUVELLES

Washington soupçonne une collaboration entre Snowden et la Russie

19/01/2014 04:12 EST | Actualisé 20/03/2014 05:12 EDT

Le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants a annoncé dimanche qu'une enquête était en cours afin de déterminer si l'ancien analyste de la NSA, Edward Snowden, avait bénéficié de l'aide de la Russie pour divulguer l'existence des programmes secrets de l'agence de renseignement.

« Je pense qu'il y a une raison au fait qu'il (Snowden) ait fini entre les mains -dans les bras- d'un agent du FSB à Moscou. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une coïncidence », a dit Mike Rogers lors de l'émission Meet The Press sur la chaîne NBC.

Edward Snowden avait fui les États-Unis pour gagner Hong Kong où il avait dévoilé l'existence de programmes secrets de surveillance menés par l'Agence nationale de sécurité américaine dont l'étendue a été peu à peu révélée par la presse.

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?

Snowden avait ensuite pris l'avion pour Moscou le 23 juin mais était resté bloqué dans la zone de transit de l'aéroport de Cheremetievo jusqu'au 1er août lorsque les autorités russes lui avaient accordé l'asile temporaire pour un an.

Mike Rogers n'a pas produit d'éléments permettant d'étayer ses soupçons à l'égard de la Russie mais il a précisé: « nous avons découvert ce que nous pourrions appeler des indices qui me font penser qu'il a bénéficié d'une aide ».

D'abord des soupçons

Diane Feinstein, qui dirige la commission sénatoriale du Renseignement, a estimé lors de la même émission qu'Edward Snowden « pourrait bien » avoir bénéficié d'une aide de la Russie.

« Nous n'en savons rien à ce stade », a-t-elle reconnu.

Selon elle, Snowden serait devenu analyste à la NSA « avec l'intention de récupérer autant d'informations qu'il lui était possible ».

Lors d'une émission sur la chaîne ABC, le représentant Michael McCaul, président de la commission de la Sécurité intérieure, a également fait part de ses soupçons.

« Je ne pense pas que M. Snowden se soit réveillé un jour et qu'il ait tout d'un coup découvert qu'il avait les moyens de faire tout cela tout seul », a dit le parlementaire. « Je pense personnellement qu'il a été préparé par une puissance étrangère pour faire ce qu'il a fait », a-t-il ajouté.

Interrogé pour savoir si cette puissance étrangère pouvait être la Russie, il a répondu: « Je ne peux pas dire ça d'une manière définitive, vous voyez. Je ne peux pas répondre cela ».

PLUS:rc