NOUVELLES

Une mère au Maryland tue deux de ses enfants pour les exorciser

19/01/2014 08:27 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

GERMANTOWN, États-Unis - Une femme du Maryland a tué deux de ses enfants en voulant les exorciser pour leur retirer ce qu'elle disait être des esprits diaboliques, a rapporté dimanche Marcus Jones, le directeur du département des crimes majeurs de la police.

Zakieya Latrice Avery, 28 ans, de Germantown, est accusée de meurtre au premier degré pour avoir poignardé à mort ses enfants âgés d'un et deux ans.

Des policiers du comté de Montgomery se sont rendus à la maison en rangée de Mme Avery, vendredi matin, après qu'un voisin eut appelé le 911. Le voisin avait remarqué une voiture dont une portière était ouverte. Un couteau gisait sur le sol, à côté de l'automobile.

La police a trouvé les deux enfants morts et deux autres, âgés de cinq et huit ans, blessés après avoir été poignardés. Deux couteaux ont été récupérés dans la maison.

M. Jones a rapporté que la femme croyait que le diable se trouvait dans le corps de ses enfants. C'est l'explication qu'elle a donnée pour justifier d'avoir voulu exorciser les petits.

Monifa Denise Sanford, une femme de 21 ans accusée en lien avec ces meurtres, a donné des explications semblables lors de l'interrogatoire. Mme Sanford, arrêtée samedi, vivait dans la même maison depuis quelques mois.

Les deux femmes sont détenues sans possibilité de libération pour des accusations de meurtre au premier degré et de tentative de meurtre au premier degré. Elles comparaîtront mardi après-midi.

On croit que les deux accusées se sont rencontrées à l'église Exousia Ministries, à Germantown.

Le pasteur de la congrégation, Darryl Jones, a refusé de confirmer cette information et de commenter la sordide histoire après une cérémonie donnée dans une école primaire, dimanche.

«C'est une histoire tragique. Nous gardons la famille dans nos prières et nous respectons l'intimité de la famille», a-t-il dit.

Sylvia Wade, la grand-mère par mariage de Mme Avery, a qualifié cette dernière de mère «humble et docile» qui aimait ses enfants.

«Je ne sais pas ce qui a provoqué cela. Elle n'était pas elle-même. Quand une personne n'est pas elle-même, elle n'est pas responsable de ce qu'elle fait. Elle est dans une autre zone», a-t-elle affirmé.

PLUS:pc