NOUVELLES

Un véhicule militaire piégé tue 20 soldats paramilitaires au Pakistan

19/01/2014 06:21 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

BANNU, Pakistan - Une bombe installée par des talibans dans un convoi de l'armée pakistanaise a fait 20 morts, dimanche, dans le nord-ouest du pays.

Il s'agit d'un dur coup pour l'armée pakistanaise qui fait face à une furieuse opposition dans le nord-ouest du pays. Des attentats à la bombe et des fusillades ont fait des milliers morts et autant de blessés au sein des forces de la sécurité.

Le véhicule visé par l'attentat faisait partie d'un convoi en partance d'une base militaire de la ville de Bannu et qui devait se rendre dans la région tribale du nord du Waziristan.

La majorité des morts faisait partie du corps paramilitaire Frontier, qui avait loué le véhicule pour transporter son personnel.

L'explosion a tué 20 employés de la sécurité et blessé 30 autres.

Un porte-parole des talibans pakistanais, Shahidullah Shahid, a affirmé par téléphone à l'Associated Press que l'attaque avait pour but de venger la mort de l'ancien second dirigeant du groupe, Waliur Rehman, tué l'an dernier par un drone américain.

«Nous vengerons le meurtre de chacun de nos hommes par de telles attaques», a prévenu le porte-parole.

L'explosion a pu être ressentie à travers la ville de Bannu.

Un résidant qui vit près de la base militaire où a eu lieu l'incident a affirmé qu'il avait entendu la détonation et senti sa maison trembler. Il a affirmé que la scène avait rapidement été encerclée par des soldats qui ont demandé aux résidants de regagner leur maison.

Le nord du Waziristan est considéré comme un repaire sécuritaire pour les militants d'al-Qaïda. Des convois militaires y sont souvent visés par des bombes placées en bordure de la route. En décembre dernier, quatre soldats ont été tués par un attentat-suicide. Le kamikaze avait conduit une voiture dans un poste de vérification à l'extérieur d'un camp de l'armée dans la région. Les attentats à l'intérieur de convois, toutefois, sont rares.

Selon un analyste de la défense pakistanaise, Zahid Hussain, ni l'armée ni les troupes paramilitaire n'ont de véhicules blindés pour transporter les soldats.

L'armée du Pakistan combat depuis de nombreuses années les militants de régions tribales qui souhaitent renverser le gouvernement et instaurer un État islamiste radical.

Le pays a récemment vu une hausse des attaques talibanes. Le 9 janvier dernier, un haut dirigeant de la police responsable de chasser les talibans du port de Karachi a été tué par une explosion. Des hommes armés ont également tué trois employés d'une chaîne d'information dans la même ville, vendredi.

PLUS:pc