NOUVELLES

Tabac : hausse des cas de cancer au Québec

19/01/2014 10:29 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

La proportion des Québécois qui rapportent avoir eu le cancer a augmenté considérablement dans les 10 dernières années, a révélé dimanche l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) alors que débute la semaine québécoise pour un Québec sans tabac.

Tirées de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de Statistique Canada, les données révèlent que 3,3 % des Québécois de 35 ans et plus rapportaient être atteints de cancer en 2011-2012, soit environ 150 000 personnes. En 2003, cette proportion était de 2,0 %, soit environ 83 000 personnes au Québec.

Selon l'INSPQ, bien que le phénomène du vieillissement de la population contribue à cette tendance, le tabagisme en est aussi un élément déterminant.

« Le tabagisme est responsable d'environ 85 % des cancers du poumon », qui est le cancer le plus meurtrier au Québec, affirme Mario Bujold, directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS).

Environ 7800 personnes ont reçu un diagnostic de cancer du poumon en 2013. Et quelque 6300 personnes en sont décédées la même année.

La maladie pulmonaire obstructive chronique - dont le tabagisme est la principale cause - est quant à elle responsable du taux le plus élevé d'hospitalisation au Canada parmi l'ensemble des maladies chroniques.

M. Bujold estime que 24 % des Québécois fument toujours et que le tabac représente une facture de près d'un milliard de dollars annuellement en soins de santé.

Selon le CQTS, la cigarette et les produits du tabac diminuent l'espérance de vie de 10 ans.

Le ministre de la Santé Réjean Hébert a rappelé dimanche que les fumeurs qui souhaitent arrêter peuvent compter sur divers services d'aide à l'abandon du tabagisme offerts gratuitement, notamment dans les centres d'abandon du tabagisme de toutes les régions du Québec.

PLUS:rc