NOUVELLES

Stephen Harper est accueilli en héros en Israël

19/01/2014 07:36 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

TEL AVIV, Israël - Le premier ministre Stephen Harper a reçu un accueil digne d'un héros, dimanche en Israël, sa première étape d'une visite officielle de six jours au Moyen-Orient.

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a affirmé que M. Harper était «un grand ami d'Israël et du peuple juif», lors d'une cérémonie de bienvenue qui s'est déroulée dans une tente à extérieure.

M. Nétanyahou a affirmé que M. Harper avait fait preuve d'un excellent leadership sur le plan moral dans la lutte contre le terrorisme. Il a aussi fait l'éloge de son homologue pour sa position concernant l'antisémitisme, l'Iran et la paix au Moyen-Orient.

«Je crois que dans tout cela, et dans tellement d'autres dossiers, vous avez fait preuve de courage, de clarté et de conviction. Le peuple d'Israël et moi apprécions profondément votre amitié et celle du peuple canadien», a-t-il déclaré.

Ces déclarations surviennent après la rencontre hebdomadaire du conseil des ministres d'Israël, plus tôt dimanche, durant laquelle M. Nétanyahou a encore une fois louangé M. Harper devant ses collègues.

«Le premier ministre Harper a une position morale claire et courageuse quant à la vérité et les normes requises par la communauté internationale, en lien avec Israël et le conflit qui sévit ici», a-t-il dit.

«Je pense qu'il a pris une position morale digne d'admiration et, au nom du gouvernement et de tous les citoyens israéliens, je lui souhaite la bienvenue.»

Stephen Harper a dit être enchanté de se trouver en sol israélien, mais a indiqué qu'il ferait davantage de commentaires à l'occasion de son discours devant le Knesset, le parlement du pays, lundi.

Il deviendra ainsi le seul premier ministre canadien à avoir eu l'honneur de prendre la parole devant le Parlement israélien jusqu'à présent.

Ce discours historique se tiendra quelques heures après une visite qu'il rendra au président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à Ramallah. Il y annoncera probablement une aide supplémentaire à la Palestine.

M. Harper a quitté Ottawa samedi pour un périple de six jours qui le mènera notamment en Cisjordanie et en Jordanie.

Il est accompagné de six ministres, dont le ministre des Ressources naturelles Joe Oliver, d'un sénateur ainsi que de 30 hauts dirigeants d'entreprise, dont David Asper, Philip Reichmann et Calin Rovinescu, le président et chef de la direction d'Air Canada. Vingt-un rabbins et un prêtre sont également du voyage.

Au total, la délégation canadienne 300 personnes et les contribuables canadiens assumeront les coûts pour le déplacement et l'hébergement d'au moins 30 d'entre elles.

L'avion transportant M. Harper et l'imposante délégation qui l'accompagne s'est posé à l'aéroport international Ben Gourion, à Tel Aviv, sous un ciel radieux.

Le premier ministre et sa femme, Laureen, ont été accueillis par Avigdor Lieberman, le ministre israélien des Affaires étrangères, et par Vivian Bercovici, l'ambassadrice du Canada auprès de l'État d'Israël.

Les Harper ont ensuite pris place dans un cortège de voitures qui a emprunté une autoroute panoramique jusqu'au mont des Oliviers, qui offre une superbe vue sur la vieille ville de Jérusalem.

Là, ils ont bénéficié de l'expertise de Haim Cohen, un chercheur de l'Université de Haïfa, qui leur a montré les principaux points d'intérêt, dont le dôme du Rocher.

Le porte-parole Jason MacDonald a déclaré qu'à l'occasion de ses rencontres avec les leaders israéliens et le roi jordanien, le premier ministre ferait la promotion des relations commerciales de même que de la paix et de la sécurité dans la région.

Le ministre Oliver a affirmé que cette visite était cruciale, non seulement pour les liens politiques, mais aussi commerciaux que les deux pays allaient développer.

«Il y a une occasion nouvelle de jouer un rôle dans le développement des ressources naturelles d'Israël, qui a découvert la plus grande source de gaz naturel des dernières années. Et, de toute évidence, nous avons une grande expertise dans le pétrole extracôtier et non conventionnel», a expliqué M. Oliver.

PLUS:pc