VIDEO

Rédemption pour Jean Pascal (VIDÉO)

19/01/2014 01:56 EST | Actualisé 19/01/2014 04:03 EST

MONTRÉAL – Depuis la perte de ses titres face à Bernard Hopkins en mai 2011, Jean Pascal a rongé son frein et a dû essuyer plusieurs critiques. Avec sa performance sans faille contre Lucian Bute, samedi soir au Centre Bell, sur les ondes d’HBO, l’ex-champion du monde The Ring, WBC et IBO des mi-lourds a pu «fermer le clapet» à ses dénigreurs.

«On dit que j’ai plusieurs détracteurs, mais j’ai aussi plusieurs partisans. Il faut arrêter de croire à la propagande. Lucian, outre Carl Froch, n’avait pas affronté de boxeur de calibre A comme moi», a avancé le vainqueur lors d’un point de presse.

«Je l’ai rêvé et je l’ai visualisé. Ça fait deux mois que je me répétais que je possède le ring. J’ai suivi le plan de match à la lettre, sauf au 12e round! Bute a un coup de poing décent, mais je suis un guerrier et je l’ai prouvé», a-t-il continué.

«Je devais être explosif et actif à l’intérieur pour le vaincre. Je crois qu’il s’agit de la meilleure performance de ma carrière: j’ai fait ce que j’ai voulu dans le ring. Mon expérience et les conseils de Roy Jones ont fait la différence», a ajouté Pascal (29-2-1, 17 K.-O.).

Un rêve devenu réalité

Motiver l’athlète lavallois n’a pas été une corvée, si l’on se fie aux propos de l’entraînement Marc Ramsay. Le protégé du Groupe Yvon Michel (GYM) avait quelque chose à prouver contre son rival de longue date…et dans un événement historique que plusieurs voyaient comme le «Super Bowl de la boxe canadienne».

«Plusieurs ont déjà critiqué l’éthique de travail de Jean, mais c’est de la foutaise. Je l’entraîne depuis qu’il a 14 ans et son éthique de travail est irréprochable. De plus, il avait une motivation supérieure pour ce combat local», a-t-il avancé.

«J’ai vécu les combats Hilton-Ouellet, maintenant j’ai vécu le choc Pascal-Bute. C’est un rêve devenu réalité…j’avais même mon idole de jeunesse, Roy Jones, dans mon coin!», a expliqué le gladiateur fleurdelisé, qui a mis la main sur les titres WBC Diamant et NABF des mi-lourds (175 lb) avec ce triomphe sur Bute (31-2, 24 K.-O.).

Pour mener à terme sa mission, Jean Pascal s’est muni «d’une armée pour aller à la guerre».

Elle était composée de Marc Ramsay, de son assistant Luc-Vincent Ouellet, de l’encyclopédie vivante et soigneur Russ Anber, du psychologue sportif Rob Schinke, de plusieurs spécialistes médicaux dont le docteur Francis Fontaine, mais aussi du préparateur physique Angel Heredia et de l’ancien champion Roy Jones.

«Jean m’a approché et certains disaient que c’était un boxeur de quatre rounds. Ça m’a mis en beau fusil et j’y ai vu un défi pour leur montrer le contraire», a expliqué Heredia, l’homme derrière le succès du Mexicain Juan Manuel Marquez sur Manny Pacquiao et mêlé à quelques controverses par rapport au dopage dans le passé.

«Il n’y a pas beaucoup de gars qui peuvent appliquer ce que je montre et c’est pourquoi je suis hésitant à enseigner des trucs. Mais Jean est comme une éponge! Je lui ai montré quelque chose pas plus tard que samedi après-midi et il l’a fait deux fois dans le combat», a poursuivi Jones, bien connu au Québec pour avoir vaincu Éric Lucas après avoir joué un match de basketball semi-professionnel, en 1996.

Contrat à négocier

Ce super affrontement était le dernier au contrat liant Jean Pascal à GYM. Les deux partis devront négocier une nouvelle entente sous peu, mais il y a tout à parier que l’Olympien des Jeux d’Athènes demeure dans la Belle Province.

«On devra s’asseoir bientôt, mais je suis chez moi et mes partisans sont ici au Québec», a mentionné l’athlète âgé de 31 ans.

Et même s’il est maintenant aspirant obligatoire au titre de champion du monde WBC des mi-lourds d’Adonis Stevenson, il serait surprenant que les deux combattants de chez nous croisent le fer dans un avenir rapproché.

«On vient de la même communauté (haïtienne) moi et Adonis…j’aimerais obtenir une revanche avec l’Anglais Carl Froch ou faire face au Mexicain Julio Cesar Chavez Jr. Je veux quelqu’un qui pense pouvoir me battre!», a-t-il souligné, confiant en ses moyens.

INOLTRE SU HUFFPOST

Combat Pascal-Bute - 18 janvier 2014