NOUVELLES

Open d'Australie - Serena Williams : "J'ai essayé de faire du mieux possible"

19/01/2014 12:36 EST | Actualisé 20/03/2014 05:12 EDT

L'Américaine Serena Williams, N.1 mondiale, éliminée par la Serbe Ana Ivanovic en huitièmes de finale de l'Open d'Australie, dimanche à Melbourne, a expliqué avoir "essayé de faire du mieux possible" alors qu'elle était diminuée par une blessure au dos.

Q : Dès le début, vous n'avez pas semblé au mieux. Est-ce que vous allez bien ?

R : "C'est sûr que je n'étais pas moi-même aujourd'hui, mais ça va. Je n'étais pas au mieux, mais c'était Ana en face. Elle a très bien joué. J'ai commis un nombre incroyable d'erreurs, des coups que je ne rate normalement pas, que je n'ai pas ratés depuis les années 80. Je ne suis pas habituée à rater ces coups. Elle a bien frappé la balle, et j'ai juste commis beaucoup trop de fautes directes. J'ai juste essayé de faire du mieux possible. Peut-être que je n'étais pas au mieux physiquement, mais ce n'était pas le problème. Ana a joué un très bon match et elle a fait ce qu'il fallait pour gagner."

Q : Quel est le problème avec votre dos alors ?

R : "Pour être honnête, je ne sais pas. Ca dure depuis quelques jours. C'est comme ça, ce n'est rien de +mortel+. Ca va aller mieux. J'ai juste besoin de quelques jours de repos et malheureusement je n'ai pas ce luxe dans un tournoi du Grand Chelem. C'est évident que je ne frappais pas la balle comme je la frappe normalement, que je ne bougeais pas comme je bouge normalement et que je faisais énormément d'erreurs que je ne fais normalement pas. J'ai failli déclarer forfait (avant le match du troisième tour contre la Slovaque Daniela Hantuchova, Ndlr). J'aurais probablement dû. Mais encore une fois Ana mérite sa victoire. Elle a extrêmement bien joué. Ce n'est pas comme si je lui avais donné le match. J'ai essayé de faire du mieux possible."

Q : Etes-vous en colère après cette défaite ?

R : "Je suis toujours déçue quand je perds. Mais c'est presque une bonne chose que je perde aujourd'hui, parce que maintenant je sais quoi travailler quand je suis à l'entraînement. Je sais sans l'ombre d'un doute que je peux jouer bien mieux que je ne l'ai fait aujourd'hui, donc je ne suis pas déçue. Je sais juste que je peux jouer dix fois mieux que je ne l'ai fait. Je vais rentrer chez moi et, douleur ou pas, je vais commencer à travailler encore plus dur. A chaque fois que je perds, j'ai l'impression que je m'améliore. Je sens que je gagnerai encore ici. Evidemment pas cette année, mais peut-être l'année prochaine."

Propos recueillis en conférence de presse

cyb/mpd

PLUS:hp