NOUVELLES

Neil Young refuse une rencontre avec l'Association des producteurs pétroliers

19/01/2014 04:50 EST | Actualisé 20/03/2014 05:12 EDT

Neil Young a refusé une invitation d'un groupe de producteurs pétroliers pour discuter avant son dernier concert d'une série dont les bénéfices seront remis à une communauté autochtone de l'Alberta, en bataille judiciaire contre le secteur des sables bitumineux.

L'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) a affirmé, dimanche par voie de communiqué, avoir offert à M. Young et au chef de la communauté d'Athabasca Chipewyan de discuter en terrain neutre.

Un porte-parole du chanteur et du chef Allan Adam aurait plutôt offert à l'ACPP de participer à la conférence de presse de M. Young, dimanche, une option qui n'était pas acceptable pour l'ACPP.

L'association a affirmé avoir suggéré un modérateur neutre et une représentation égale des deux partis, ce qui a été refusé.

Le chanteur canadien Neil Young s'est attiré une attention considérable la semaine dernière, avec les trois premiers concerts de sa série « Honour the Treaties » (Honorez les traités) et le débat est animé.

Le dernier arrêt de cette tournée aura lieu dimanche soir, en Alberta, la province la plus concernée par les débats entourant les retombées économiques et environnementales de l'exploitation des sables bitumineux.

À chaque arrêt de la série de concerts, à Toronto, Winnipeg et Regina, M. Young a fait des déclarations sur ce secteur économique, que plusieurs ont perçues comme exagérées.

Après avoir comparé la ville minière de Fort McMurray à l'après-Hiroshima, il a déclaré la semaine dernière que le pétrole qui serait transporté par l'oléoduc projeté Keystone XL de l'Alberta au Texas se retrouverait en Chine.

La compagnie qui propose de construire cet oléoduc, TransCanada (TSX:TRP) soutient que le pétrole serait destiné à des raffineries américaines.

Mais M. Young reste bien ancré sur ses positions et a prévenu, jeudi, que l'Alberta pourrait finir par ressembler à la lune si le territoire n'est pas protégé.

« C'est comme une zone de guerre, une région dévastée par la guerre, ce qui s'est passé là-bas », a-t-il affirmé en conférence de presse avant son concert à Winnipeg.

PLUS:rc