NOUVELLES

Japon: nouveau revers pour le projet de déplacement d'une base américaine à Okinawa

19/01/2014 08:00 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

Le projet de déplacement d'une base américaine à l'intérieur de l'île d'Okinawa au Japon a connu un nouveau revers dimanche, plus de 17 ans après son lancement, avec la victoire électorale d'un opposant dans la ville d'accueil prévue.

Le maire de la ville de Nago située sur le littoral oriental d'Okinawa (sud du Japon), Susumu Inamine, a été réélu maire, a rapporté la chaîne de télévision TBS après le dépouillement de l'essentiel des bulletins de vote.

Soutenu par plusieurs partis de gauche, M. Inamine, 68 ans, est un vigoureux opposant au projet des gouvernements japonais et américain de déplacer la base aérienne de Futenma d'une zone urbaine du sud d'Okinawa vers une baie de Nago.

Bien que le maire ne dispose pas d'un droit de veto sur l'installation de la base elle-même, il peut s'opposer à l'usage des routes et des ports par les constructeurs de la base.

M. Inamine a promis d'utiliser tous les recours possibles, ce qui risque de retarder encore le projet.

Le mois dernier, le gouvernement de droite japonais dirigé par Shinzo Abe avait pourtant remporté une victoire importante, en obtenant du gouverneur d'Okinawa qu'il signe l'autorisation de créer des terrains artificiels en bordure du littoral à Nago.

Pour convaincre ce gouverneur longtemps réticent, M. Abe lui a promis entre autres une aide financière d'au moins 300 milliards de yens (2,1 milliards d'euros) par an pour l'économie d'Okinawa jusqu'en 2021.

A l'élection de Nago, le parti au pouvoir de M. Abe avait mis tout son poids derrière le candidat Bunshin Suematsu, 65 ans, favorable au projet mais qui n'a pas réussi à convaincre et a reconnu sa défaite.

Le plan a été conclu en 1996 entre Tokyo et Washington mais n'a toujours pas été concrétisé, à cause de la méfiance d'une frange importante de la population d'Okinawa, où sont basés la moitié des quelque 47.000 soldats américains présents au Japon.

Lassés des nuisances et de l'insécurité engendrées par cette présence militaire massive sur leur territoire, les opposants au projet sont favorables à ce que cette base quitte comme prévu la ville de Ginowan (sud d'Okinawa), mais pour la faire partir d'Okinawa et pas pour la déménager ailleurs sur l'île.

Les installations actuelles sont très critiquées en raison de leur implantation dans une zone de forte concentration urbaine.

Ce dossier complexe a parfois mis à l'épreuve les liens du Japon avec son principal allié, les Etats-Unis, notamment à l'époque du Premier ministre de centre-gauche Yukio Hatoyama (2009-2010), qui avait promis le départ de Futenma d'Okinawa avant d'y renoncer faute de trouver un terrain d'accueil, ce qui l'avait poussé à la démission.

pn/ml

PLUS:hp