NOUVELLES

Israël: Netanyahu dénonce le report d'une exposition sur le peuple juif de l'Unesco

19/01/2014 07:32 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé dimanche la décision de l'Unesco de reporter l'inauguration à Paris d'une exposition sur 3.500 ans de relations entre le peuple juif et Israël, à la demande de 22 pays arabes.

"L'explication qui a été donnée est que cette exposition pourrait nuire aux négociations (israélo-palestiniennes). Or, cela ne pourrait pas nuire à ces négociations qui sont basées sur des faits, sur la vérité qui n'est jamais nuisible", a affirmé M. Netanyahu à l'ouverture du conseil des ministres hebdomadaire.

"Mais ce qui porte atteinte aux négociations, c'est la convocation systématique des ambassadeurs israéliens dans certains pays concernant des sujets sans substance, alors que les violations commises par l'Autorité palestinienne passe sans problème", a ajouté M. Netanyahu.

Il faisait ainsi allusion à des pays européens dont M. Netanyahu avait déjà fustigé jeudi dernier "l'hypocrisie" après la convocation d'ambassadeurs israéliens qui avait suivi l'annonce récente de la construction de 1.800 nouveaux logements dans les colonies de Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

Parmi les diplomates convoqués, figuraient les ambassadeurs d'Israël en France, au Royaume-Uni, en Italie et en Espagne.

Par ailleurs, l'exposition évoquée par le Premier ministre et intitulée "Les gens, le Livre, la Terre: la relation de 3.500 ans du peuple juif avec la Terre Sainte", devait se tenir au siège parisien de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) et était organisée en collaboration avec le Centre Simon-Wiesenthal.

Dans un communiqué, l'Unesco indique avoir "reçu une lettre de 22 Etats membres du Groupe arabe qui ont fait état de leur préoccupation quant au possible impact négatif de l'exposition sur le processus de paix et les négociations en cours au Proche-Orient".

En réaction à l'admission de la Palestine en octobre 2011, Israël et les Etats-Unis avaient cessé de verser leur contribution financière à l'Unesco et ont, en conséquence, perdu en novembre dernier leur droit de veto.

jlr/hj

PLUS:hp