NOUVELLES

Centrafrique: au moins 50 morts dans les violences dans le nord-ouest (CICR)

19/01/2014 02:23 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

Les corps d'au moins cinquante personnes ont été découverts et inhumés depuis vendredi par la Croix rouge internationale (CICR) et la Croix rouge centrafricaine dans la région située entre Bossembélé, Boyali et Boali, au nord-ouest du pays, a annoncé dimanche le CICR dans un communiqué.

"Ces dernières 48 heures, les équipes du CICR et de la CRCA ont inhumé une cinquantaine de corps" dans la région, où les violences intercommunautaires se sont multipliées depuis vendredi dans des localités situées sur l'axe entre Bangui et la frontière camerounaise.

"Depuis vendredi, le CICR et la Croix-Rouge centrafricaine (CRCA) prodiguent les premiers soins sur place et ont évacué vingt-cinq blessés vers la capitale, Bangui", selon le communiqué.

"Une bonne partie de la population, dénuée de toute protection et exposée aux représailles, a fui dans la brousse. Nous sommes extrêmement préoccupés par leur sort", a déclaré Georgios Georgantas, le chef de la délégation du CICR cité dans le communiqué.

Quelque 100 militaires français de l'opération Sangaris et des unités de la Misca (force africaine en Centrafrique) ont lancé vendredi une opération sur l'axe entre Bangui et Bossembélé, afin de "faire cesser les exactions" et "démanteler les check points" sur la route, selon des sources militaires françaises.

Toutefois, la situation reste très tendue, notamment à Boali, où des centaines de musulmans fuyant les violences se sont réfugiés dans l'église de la ville, pour l'instant sous protection de troupes internationales.

cf/sba

PLUS:hp