POLITIQUE

Absentéisme des élèves: les enseignants sont inquiets

18/01/2014 07:49 EST | Actualisé 20/03/2014 05:12 EDT
Getty

L'absentéisme des élèves, notamment chez les enfants issus de familles immigrantes, pendant plusieurs semaines en pleine année scolaire inquiète le corps enseignant.

Ces absences sont de plus en plus fréquentes et sont expliquées par une multitude de raisons, qui vont du simple match de hockey aux visites familiales pendant des mois à l'autre bout de la planète.

C'est le cas de Pinky, Bedan et leurs enfants qui quitteront le Québec pendant trois mois pour aller au Bangladesh.

Le phénomène est particulièrement important à l'école Barthélemy-Vimont, à Montréal, où la vaste majorité des parents sont nés à l'étranger. Pendant l'année scolaire, près de 90 jeunes quittent l'école pour plus d'une semaine, dont près de 50 s'absentent pour au moins un mois.

« En janvier, après les fêtes, les billets d'avion sont plus bas. On a plusieurs parents qui viennent nous voir et nous disent : "on va quitter, on va être de retour en février ou mars prochain" », avance Marie Péloquin, directrice de l'École Barthélémy-Vimont.

Ces absences ne sont pas sans conséquence sur le cursus scolaire de ces enfants et constituent un véritable casse-tête pour les enseignants et la direction.

Pierre Pelletier, enseignant en maternelle à l'école Camille-Laurin, a du mal à cacher sa frustration : « il y en a qui doublent à cause de ça [...] pour les plus vieux c'est la catastrophe ».

Les enseignants avouent également leur impuissance devant les parents qui gardent leurs enfants à la maison pour s'occuper de leurs frères et sœurs plus jeunes. 

D'après un reportage de Louis-Philippe Ouimet