NOUVELLES

Un agent de sécurité dans une école est accusé en lien avec 1,3 M $ en cocaïne

17/01/2014 04:06 EST | Actualisé 19/03/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Un responsable de la sécurité au prestigieux collège privé Stanstead, dans les Cantons-de-l'est, fait l'objet d'accusations criminelles en Illinois après que de la cocaïne d'une valeur totale de plus de 1 million $ aurait été découverte dans son véhicule.

Le bureau du procureur de l'État a indiqué que Sylvain Bergeron avait été arrêté la semaine dernière en banlieue de Chicago, après que la police eut découvert qu'il transportait plus de 900 grammes de cocaïne. Selon ce qu'ont mentionné les autorités au quotidien Herald News, la valeur estimée à la revente de la drogue totaliserait près de 1,3 million $.

Les médias de l'Illinois précisent par ailleurs que Bergeron avait tout d'abord été forcé de se ranger sur l'accotement, le 10 janvier, pour avoir parlé au téléphone cellulaire en conduisant.

L'homme, âgé de 42 ans, a été accusé de possession illicite d'une substance contrôlée dans le but d'en faire la distribution. S'il est reconnu coupable, il pourrait passer de six à 30 ans derrière les barreaux sans possibilité de libération conditionnelle, a mentionné un porte-parole du bureau du procureur, Charles Pelkie.

«Il s'agit de l'un des crimes les plus graves avant le meurtre», a-t-il précisé vendredi.

Un porte-parole du Collège Stanstead a indiqué que la police de l'Illinois avait contacté un responsable de l'institution pour annoncer l'arrestation de Bergeron. Ross Murray précise que le gardien de sécurité est superviseur des gardiens de nuit dans cette école secondaire où une année d'études coûte quelque 20 000 $. Le collège est situé à environ un kilomètre de la frontière entre le Québec et l'État du Vermont.

Toujours selon M. Murray, Bergeron a été un employé modèle et loyal depuis son embauche en 2006. «C'est une grande surprise pour nous», dit-il. «Il n'y a rien dans son dossier qui nous pousse à nous inquiéter en lien avec des gestes de cette nature.»

Bergeron aurait par ailleurs eu très peu de contacts avec les élèves, puisqu'il travaillait pendant les quarts de soir et de nuit, ainsi que lorsque l'école était fermée, et qu'il n'avait pas de lien avec l'administration.

Tous les membres du personnel font l'objet d'une vérification de leurs antécédents avant d'être embauchés. M. Murray soutient aussi qu'il est encore trop tôt pour savoir si l'école mènerait sa propre enquête interne. «Nous sommes tous simplement surpris et choqués, et en ce qui concerne l'école, nous n'avons aucune raison de croire que qui que ce soit d'autre à l'école soit impliqué dans cette affaire.»

L'accusé doit revenir en cour le 3 février pour son audience préliminaire.

M. Pelkie a ajouté que la caution avait été établie à 2 millions $ US, et que Bergeron devrait verser 10 pour cent de cette somme (200 000 $) pour obtenir sa libération en attendant son procès.

L'accusé a aussi écopé de contraventions pour utilisation inappropriée de la route et pour avoir manipulé un appareil de communication électronique tout en conduisant.

PLUS:pc