NOUVELLES

Lucian Bute respecte la limite de poids, Jean Pascal aussi... de justesse

17/01/2014 02:43 EST | Actualisé 19/03/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Chacun à leur manière typique, Jean Pascal et Lucian Bute ont respecté la limite de poids, vendredi, lors de la pesée de la veille de combat.

Bute s'est avancé le premier vers la balance. Celui qui n'a habituellement pas de problème à perdre les livres requises a affiché un poids de 173,6 livres, aisément en-deçà de la limite prescrite de 175 livres.

Il faut dire que le Québécois d'origine roumaine boxe habituellement chez les 168 livres, et s'est amené dans une catégorie de poids supérieure spécialement pour le duel entre les deux anciens champions du monde.

Pascal, qui en a parfois bavé dans le passé pour faire le poids, a inscrit un poids de 175 livres pile... mais seulement après avoir enlevé sa tuque.

Marc Ramsay, l'entraîneur de Pascal, a fait savoir que c'était le but de viser dans le mille.

«La tuque a fait la différence, a-t-il lancé. On ne voulait pas peser 174,9, on voulait arriver à 175 pile.»

Le fait que Bute n'ait pas eu à «se battre» pour faire le poids est un couteau à deux tranchants, selon Ramsay.

«Ça peut être un avantage pour lui, mais c'est sûr qu'avec un Jean Pascal à 190 livres sur le ring (samedi) soir, il risque de le trouver un peu gros», a dit l'entraîneur, en précisant que son poulain ne sacrifiera en rien la vitesse de ses coups pour afficher un poids aussi important.

«On l'a bien encadré, tout est bien calculé depuis très longtemps, tant au point de vue de la nutrition que de l'entraînement physique», a-t-il affirmé.

«En fait, ça fait longtemps qu'on n'a pas fait le poids aussi facilement. Ça fait déjà deux ou trois jours qu'on est dans les environs de 180 livres. On l'a amené (jeudi) à 178, puis on a coupé les dernières livres aujourd'hui.»

Il y avait quelques centaines de partisans dans la salle et une bonne partie de ceux-ci a scandé le nom de Bute quand celui-ci a fait son entrée. Ils ont répété «Bute! Bute! Bute!» quand Pascal s'est amené en deuxième, incitant ce dernier à toiser la foule et à scander son propre nom en guise de réplique.

Lors du traditionnel face-à-face, Pascal a remis sa tuque noire et s'est présenté devant Bute avec un gros rectangle de ruban adhésif noir collé à la bouche — signifiant par là qu'il comblait le souhait de ses opposants: il allait se la fermer.

Pascal n'a d'ailleurs par rencontré les journalistes après la pesée, comme il l'a souvent fait par le passé la veille d'un combat. Stéphan Larouche, l'entraîneur de Bute qui a aussi beaucoup parlé ces derniers mois, l'a imité.

Seuls Bute — en coup de vent — et Marc Ramsay, l'entraîneur de Pascal, ont émis quelques commentaires.

Bute a surtout répété les mêmes choses qu'il a dites cette semaine.

«Je suis prêt, je suis très confiant, ça va être un grand combat. Rien ne pourra m'arrêter. Rien, rien, rien!», a-t-il lancé, avant d'ajouter qu'il n'avait pas préparé de stratégie spéciale pour Pascal.

«On va boxer, rien d'autre. Rien de spécial, juste boxer.»

Il y a toutefois un piège dans lequel Pascal devra éviter de tomber, reconnaît Ramsay.

«Ne pas tomber dans le côté trop émotif, peut-être. On a beaucoup de respect pour Lucian, c'est un bon technicien, alors c'est sûr que ce sera important de suivre le plan de match, de bien étaler ce qu'on a préparé depuis les dernières semaines.»

Selon l'entraîneur, c'est l'expérience des grands combats qui va permettre à Pascal de se démarquer devant Bute.

«Toute l'expérience que Jean a prise lors des deux combats contre Bernard Hopkins, contre Chad Dawson... Il a boxé à un haut niveau et ça risque de faire la différence», a dit Ramsay, tout en indiquant que l'embauche de Roy Jones a permis à son clan de préparer de «petites surprises» au chapitre de la stratégie.

Le combat entre Pascal (28-2-1, 17 K.-O.) et Bute (31-1-0, 24 K.-O.), samedi au Centre Bell, mettra à l'enjeu la ceinture Diamant WBC des mi-lourds. Le gagnant deviendra en théorie l'aspirant obligatoire dans cette catégorie de poids, dont le champion du monde est Adonis Stevenson. Mais surtout, il permettra au vainqueur de ce combat entre les deux boxeurs les plus populaires de la province de clamer qu'il est le roi de la boxe au Québec.

La demi-finale du gala sera disputée entre le Cubain Mike Perez (20-0-0, 12 K.-O.), dont on dit qu'il est une vedette montante chez les poids lourds, et le Français d'origine camerounaise Carlos Takam (28-1-0, 22 K.-O.).

Dans les autres combats, les duels opposeront Eleider Alvarez (13-0-0, 8 K.-O.) à l'Ontarien Andrew Gardiner (10-0-0, 6 K.-O.), Sébastien Gauthier (22-4-0, 14 K.-O.) au Mexicain Javier Franco Agua Prieta (20-11-2, 10 K.-O.), Mikaël Zewski (22-0-0, 17 K.-O.) au Polonais Krzysztof Szot (18-9-1, 5 K.-O.), Oscar Rivas (12-0-0, 7 K.-O.) au Trinidadien Shawn Cox (16-4-0, 15 K.-O.), Artur Beterbiev (3-0-0, 3 K.-O.) au Français Gabriel Lecrosnier (16-24-3, 1 K.-O.), Sébastien Bouchard (8-0-0, 2 K.-O.) à l'Italien Giuseppe Lauri (53-16-0, 31 K.-O.) et Yves Ulysse fils (0-0-0) au Belge Evaggelos Tsirimokos (6-3-0, 1 K.-O.).

PLUS:pc