NOUVELLES

Déploiement de soldats européens fin février en Centrafrique

17/01/2014 07:32 EST | Actualisé 19/03/2014 05:12 EDT

L'Union européenne planche sur l'envoi de plusieurs centaines de soldats en Centrafrique, où on prépare l'élection du nouveau président de transition, alors que des affrontements sont signalés dans le nord et l'ouest du pays.

La décision définitive sera rendue publique lundi, lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE, à Bruxelles.

Les premiers soldats arriveraient en Centrafrique avant la fin du mois de février, selon des diplomates cités par l'agence Reuters.

Il s'agit de la première grande intervention militaire européenne en six ans. Elle nécessite toutefois l'accord du Conseil de sécurité de l'ONU.

La dernière mission remonte à 2008, dans l'est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine, dans le cadre d'initiatives régionales face à la crise dans la région du Darfour, au Soudan.

D'autres morts dans des violences

Sur le terrain, plusieurs personnes ont été tuées vendredi dans des violences à Boali et Sibut, au nord de la capitale Bangui, quadrillée par les forces françaises, qui ont dû intervenir « pour arrêter des exactions » dans des localités de l'axe nord-ouest reliant Bangui au Cameroun.

Selon un habitant de Sibut qui a requis l'anonymat, la majorité de la population est partie se réfugier en brousse.

Des Sélékas, ex-rebelles musulmans, ont tué trois anti-balakas, milices chrétiennes, et incendié des maisons, la gare routière et un marché, a-t-il ajouté.

Jeudi, un convoi de musulmans a été attaqué par les membres d'une milice chrétienne anti-balaka. Au moins 20 personnes ont été tuées alors qu'elles fuyaient Bohong, une localité voisine attaquée par des miliciens.

La République centrafricaine a sombré dans une spirale de violences communautaires et interreligieuses depuis le renversement, en mars dernier, du président François Bozizé par Michel Djotodia, qui a démissionné à son tour sous la pression occidentale.

PLUS:rc