NOUVELLES

Berlin salue la promesse d'Obama sur la fin de l'espionnage des dirigeants alliés

17/01/2014 02:22 EST | Actualisé 19/03/2014 05:12 EDT

Le gouvernement allemand a salué vendredi l'annonce de Barack Obama selon laquelle les agences du renseignement américaines n'espionneront plus les communications des dirigeants des pays amis des États-Unis et appelé au respect du droit allemand sur le sol allemand "en particulier pour nos partenaires proches et alliés".

"De nombreuses personnes en Allemagne sont préoccupées avec raison par les informations sur les activités de la NSA (l'agence américaine de renseignement, ndlr) concernant la sécurité de leurs données privées", a indiqué le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, sollicité par l'AFP.

"Dans ce contexte, le gouvernement salue par principe le fait que la protection des données et les droits de la personne seront à l'avenir davantage respectés, notamment pour les citoyens non-américains", a-t-il ajouté.

"Pour le gouvernement, le droit allemand doit être respecté sur le sol allemand, cela vaut aussi et en particulier pour nos partenaires proches et nos alliés", a-t-il ajouté.

M. Seibert a en outre souligné que la coopération entre les services de renseignement alliés était "dans l'intérêt commun" et que le gouvernement allemand voulait maintenant "analyser avec précision" les annonces faites par le président américain.

Des tensions étaient nées fin octobre entre les États-Unis et l'Allemagne après des révélations sur les écoutes téléphoniques de la NSA, qui aurait notamment espionné le téléphone portable de Mme Merkel.

La chancelière avait vivement réagi après la divulgation de ces informations, soulignant lors d'une conversation téléphonique avec Barack Obama que les agissements de la NSA trahissaient une "rupture de confiance" entre les deux pays.

Le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a de son côté insisté sur le fait que les annonces de M. Obama allaient permettre "une discussion publique encore plus large aux États-Unis", se disant confiant dans le fait que seront conciliés les exigences en matière de sécurité et la protection des droits des citoyens.

M. Obama a annoncé vendredi son intention de rogner les pouvoirs de la NSA, en réformant la collecte de données téléphoniques, sans pour autant y renoncer, et en promettant de ne plus espionner les dirigeants de pays amis.

"Étant donnés les pouvoirs uniques du gouvernement (américain), il n'est pas suffisant pour ses dirigeants de dire +faites-nous confiance, nous n'abusons pas des données que nous récupérons+", a concédé le président, dans un discours au ministère de la Justice à Washington.

yap/all

PLUS:hp