NOUVELLES
15/01/2014 12:19 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Une mère reconnaît avoir ignoré les agressions sur sa fille

Radio-Canada

Une femme de 55 ans a plaidé coupable mercredi aux deux chefs d'accusation qui pesaient contre elle en lien avec les agressions sexuelles subies par sa fille.

La mère reconnaît avoir laissé son ex-conjoint avoir des relations sexuelles avec l'adolescente. Elle plaide coupable aux accusations d'incitation à des contacts sexuels et d'avoir eu des contacts sexuels en situation d'autorité.

L'ex-beau-père de la victime a eu des rapports sexuels à de nombreuses reprises avec l'adolescente, entre 2003 et 2005.

« Le conjoint disait à la mère qu'il était un ange venu du ciel et qu'il voulait aider la jeune à avoir une meilleure vie et pour ça, il devait avoir des relations sexuelles avec elle », a relaté la procureure de la Couronne, Me Nathalie Leroux.

La mère a cru cette histoire et a encouragé sa fille à avoir des rapports sexuels à raison d'une à deux fois par semaine dans leur résidence familiale de Saint-Raymond.

La procureure explique que la femme a pu être accusée d'agression même si elle n'a pas commis directement les agressions sur sa fille. La femme a été accusée en vertu de l'article 21 du Code criminel qui condamne les crimes par complicité.

« La mère savait que sa fille avait des relations sexuelles avec son beau-père et elle ne faisait rien. On peut accuser par complicité. Donc, le fait qu'elle le savait, qu'elle ne faisait rien fait en sorte que la Courone peut porter des chefs d'accusation », précise la procureure.

La mère reviendra en cour au mois d'avril pour la détermination de sa peine.

Son ex-conjoint est en attente d'un procès dans cette affaire.

D'après les informations de Yannick Bergeron

INOLTRE SU HUFFPOST

Enfants portés disparus au Québec