NOUVELLES
15/01/2014 05:59 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Ukraine: nouvelles charges pour "séquestration" contre l'avocat de Timochenko

Le parquet ukrainien a retenu mercredi de nouvelles charges contre Serguï Vlassenko, avocat de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, soupçonné désormais de "séquestration" de son ex-épouse, une accusation visant selon lui à le mettre en détention.

Le parquet général a annoncé dans un communiqué "enquêter sur des agissements illégaux de Serguï Vlassenko à l'encontre de son ex-épouse Natalia Okounska" dans le cadre de l'article du code pénal sur "séquestration et enlèvement".

L'avocat qui est actuellement jugé pour coups et blessures présumés sur Natalia Okounska, des faits présumés remontant à 2010, a déclaré à l'AFP que les nouvelles charges étaient pour lui "tout à fait inattendues".

"Je ne comprends pas de quoi il s'agit, mais le seul objectif (de cette démarche) est l'emprisonnement", a-t-il souligné, estimant qu'il pourrait désormais être mis en détention provisoire alors que les charges précédentes ne prévoyaient pas une telle possibilité.

Il risque jusqu'à cinq ans de prison.

Les poursuites contre M. Vlassenko ont été lancées en novembre, alors que l'Ukraine était en pleine négociation sur l'éventuelle signature d'un accord d'association avec l'Union européenne.

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a finalement refusé de signer cet accord avec l'UE, préférant une coopération économique avec la Russie, et provoquant un important mouvement de contestation en Ukraine. Depuis plus d'un mois et demi, la place de l'Indépendance à Kiev, la capitale, est occupée par un camp de tentes et entourée de barricades.

M. Vlassenko s'est vu interdire en novembre de quitter Kiev sans autorisation, sauf pour se rendre à Kharkiv (est de l'Ukraine) où est actuellement soignée Ioulia Timochenko, sa cliente, pour des hernies discales.

Incarcérée depuis 2011, Mme Timochenko, ex-Premier ministre et adversaire de Viktor Ianoukovitch à la présidentielle de 2010, purge une peine de sept ans de prison pour abus de pouvoir.

Les poursuites à son encontre ont provoqué une grave crise entre l'Ukraine et l'Union européenne, qui y voit des motivations politiques et a demandé à plusieurs reprises sa libération.

dg-neo/lpt/ros

PLUS:hp