DIVERTISSEMENT
09/01/2014 04:20 EST | Actualisé 15/01/2014 08:58 EST

Robert Lepage présente «Pique» et «Coeur» à la TOHU (VIDÉO)

Robert Lepage a habitué le public aux projets ambitieux, aux spectacles-fleuves et aux trouvailles techniques chargées d’ingéniosité, mais rarement a-t-il été confronté aux contraintes, visiblement inspirantes, d’une œuvre théâtrale créée sur 360 degrés. Après avoir épaté les spectateurs de plusieurs grandes villes du monde, il arrive à la Tohu avec Pique et Cœur, les deux premiers volets de sa fameuse tétralogie Jeu de Cartes.

Lors d’une rencontre avec les médias, à quelques jours de la grande première, Lepage a expliqué à quel point le jeu de cartes était pour lui une thématique porteuse et universelle. Lorsque le Réseau 360 des salles circulaires européennes lui a demandé de créer une œuvre théâtrale sans côté cour ni côté jardin, le prolifique créateur québécois est arrivé avec sa proposition en quatre volets.

«Au départ, je pensais faire un seul spectacle avec Jeu de cartes, mais je me suis rendu compte que ça donnerait une œuvre de 12 heures. J’ai finalement décidé d’en créer quatre plus courtes. J’aime l’idée de revenir un jour à Montréal, quand les quatre spectacles seront créés, et que les gens viennent voir chaque partie la même semaine.»

À l’origine du jeu de cartes, le Pique (épée) était intimement lié à l’univers militaire, le Cœur (coupe) à l’amour et aux croyances, le Trèfle (bâton) au monde ouvrier et le Carreau (pièces) aux diamants et aux affaires.

Pique – 14 au 25 janvier

C’est d’abord dans l’environnement militaire que Robert Lepage a plongé pour créer le spectacle à Madrid, avant de visiter des villes telles que Paris, Lyon, Londres, Vienne, Moscou et Montréal. «Au printemps 2003, la fin de semaine où Bush a décidé de bombarder Bagdad, je travaillais à Las Vegas sur K, le spectacle du Cirque du Soleil. J’ai réalisé que plusieurs éléments de la thématique de Vegas étaient associés au monde arabe : les hôtels Oasis, Aladdin, Le Mirage, etc. Au même moment, Bagdad s’enflammait…»

Opposition claire entre l’Orient et l’Occident, Pique se déroule dans le désert du Nevada où la luxure triomphe et dans le désert irakien où l’armée américaine enchaîne les bombardements. Alors que de simples badauds tentent de fuir la réalité dans l’effervescence de la Strip, les soldats américains sont confrontés à une succession de dilemmes moraux.

Cœur – 30 janvier au 9 février

Joué dans une seule ville en Allemagne avant d’être présenté à Montréal, Cœur se penche sur notre rapport aux croyances et traite de notre relation parfois choc avec la culture arabe. Dans ce spectacle, le passé, le présent et le futur s’entremêlent, alors que le récit se partage entre l’Algérie coloniale et la France de l’époque, la France contemporaine et le Québec d’aujourd’hui.

«Il est question de magie au 19e siècle, lorsque Napoléon a envoyé un magicien français, Jean-Eugène Robert-Houdin, en Algérie pour convaincre les Arabes que les Français avaient de meilleurs magiciens. On est parti de cette histoire vraie en faisant des liens avec aujourd’hui. Puis, il y a une partie qui se déroule à Québec et Ottawa de nos jours. On suit une jeune femme, professeure d’histoire du cinéma à l’Université Laval, qui tombe amoureuse d’un fils d’immigrant marocain, qui travaille comme chauffeur de taxi à Québec. Il la présente à sa famille marocaine et elle fait de même avec sa famille basée à Ottawa.»

Circularité

Tenant à préserver l’aspect circulaire des énormes tables de jeu de cartes, Robert Lepage a renoué avec les origines du théâtre, à l’époque où celui-ci était de forme tridimensionnelle, à l’image d’un forum. Nécessitant trois jours de montage, la scène circulaire de la Tohu permettra à près de 1100 spectateurs de prendre place. Les coulisses du spectacle se trouvent sous la scène, empêchant ainsi toute entrée et sortie du début à la fin.

«Au début, la circularité a multiplié les problèmes par quatre, mais j’ai fini par comprendre comment m’y prendre. J’aime le défi de trouver une solution poétique, et pas seulement technique, à une affaire qui nous semble quasi impossible. On a créé une station orbitale sous la scène avec un coin pour chacun et une logique pour les changements de décors et de costumes. C’est devenu une partie de fun!»

Comme il y a 13 cartes dans un jeu, 13 interprètes se séparent les personnages des deux premiers volets de la tétralogie : 6 dans Pique et 7 dans Cœur. «Pour Trèfle et Carreau, on va reprendre les deux paquets d’interprètes, brasser, couper et décider qui va jouer quoi. Trèfle parlera des médias sociaux et du printemps arabe, alors que Carreau s’attardera au marché des diamants.»

Pique est d’une durée de 2 h 25 sans entracte. Cœur est d’une durée de 3 h 30 avec entracte.

Pour plus de détails, visitez le site web de la Tohu.

À VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST

Robert Lepage présentera «Pique» et «Coeur»
Le film Triptyque présenté au FNC 2013