Marie-Renée Baillargeon et son avocat Marc Bellemare déplorent la décision du ministre de la Justice de ne pas intervenir dans le dossier de la jeune femme qui dit avoir été agressée à plusieurs reprises par un avocat de Québec.

La jeune femme âgée de 29 ans souhaitait une intervention du ministre pour obtenir une révision de sa cause. La Couronne qui avait examiné le dossier n'avait pas jugé la preuve suffisamment solide pour porter des accusations.

« Ce que je retiens de la réponse que le ministre me donne aujourd'hui, c'est qu'il ne faut pas s'attaquer aux puissants de ce monde, voilà le message », a déclaré la jeune femme visiblement ébranlée.

Marie-Renée Baillargeon dit avoir été agressée à plusieurs reprises en 1999 par un avocat connu de Québec, alors qu'elle était âgée de 14 ans.

Elle affirme qu'à l'époque, la conjointe du présumé agresseur l'aurait convaincue de ne pas porter plainte.  « On m'a alors dit que ce ne serait pas facile de dénoncer, car l'abuseur était une personne qui occupait une place importante dans la société, qu'il avait du pouvoir et que ça en prendrait beaucoup plus pour faire condamner ce genre d'individu », a affirmé Marie-Renée Baillargeon.

La jeune femme a toutefois porté plainte en 2009.

Marie-Renée Baillargeon se dit humiliée à nouveau devant la décision du ministre de ne pas intervenir.

L'avocat Marc Bellemare n'exclut pas la possibilité d'intenter une poursuite civile.

Une analyse rigoureuse des procureurs, dit le ministre

Un peu plus tôt mercredi, le ministre de la Justice Bertrand Saint-Arnaud a fait savoir qu'il ne demanderait pas au procureur de la Couronne de rouvrir le dossier.

Le ministre de la Justice, qui n'entend pas faire d'ingérence dans ce dossier, se fie à la décision de la Direction des poursuites criminelles et pénales. Le ministre Saint-Arnaud a souligné que trois procureurs au dossier avaient effectué un travail rigoureux.

« Je constate qu'il y a eu une analyse rigoureuse, indépendante, par plusieurs procureurs chevronnés qui ont tous conclu que dans ce dossier, à la lumière de la preuve qu'il y avait, qu'il n'y avait pas lieu de porter des accusations criminelles et je suis satisfait des réponses que j'ai obtenues de Me Lachapelle [le Directeur des poursuites criminelles et pénales] », a dit le ministre.

Le ministre a toutefois souligné que le dossier demeurait ouvert.

« S'il y a de nouveaux éléments d'information qui sont reçues par le DPCP, il les transmettra à la police de Québec pour qu'il y ait un suivi approprié. Et un dossier comme celui-là n'est jamais fermé », a-t-il précisé.

La plaignante n'a pas été entendue, plaide Marc Bellemare

L'avocat Marc Bellemare pense que le ministre est dans l'erreur. Il fait valoir que les procureurs n'ont par pris le temps d'interviewer la plaignante.

« Plus jamais au Québec un dossier de plainte d'agression sexuelle ne se ferme sans que le procureur qui décide de fermer n'ait rencontré et entendu mur à mur la version de la victime parce qu'il y a des éléments de crédibilité extrêmement puissants dans le témoignage », a affirmé Me Bellemare.

De son côté, le Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) accueille aussi avec déception le refus du ministre de la Justice.

L'organisme soutient que la décision de ne pas porter d'accusation « malgré un témoignage crédible et une preuve apparemment solide », dépasse l'entendement.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?