NOUVELLES
15/01/2014 12:15 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Marathon des neiges, la "Grande Odyssée", plus grande course de traîneaux d'Europe

Sa topographie heurtée en fait la course de chiens de traîneaux la plus difficile d'Europe. La Grande Odyssée Savoie-Mont Blanc oppose chaque année une vingtaine des plus grands mushers du monde au coeur des massifs alpins.

Pour sa 10e édition qui a débuté dimanche, ces navigateurs des étendues blanches rivaliseront au long des 700 kilomètres de course, traversant 22 stations de ski, et engrangeront 30.000 mètres de dénivelé positif cumulé, avant la ligne d'arrivée qu'ils atteindront le 22 janvier à Lanslebourg, en Haute-Maurienne.

La neige manquait cette année, notamment au départ de la deuxième étape, lundi à Sixt-Fer-à-Cheval (sud-est de la France). Les organisateurs ont d'ailleurs dû repenser certains tracés. Des chutes et trois abandons sont intervenus dimanche.

Les mushers (pilotes d'équipage), dont une dizaine de Français, se sont entraînés tout au long de l'année pour prendre part à l'événement.

A quelques minutes du départ, Daniel Juillaguet raconte, les yeux pétillants, sa passion pour cette discipline aussi exigeante que coûteuse. Au loin, les premiers lacets de la "piste des cascades", que les concurrents doivent emprunter à rebrousse-poil sur ses premiers hectomètres, apparaissent sous un ciel voilé.

A 47 ans, ce Jurassien d'adoption à la silhouette longiligne n'a pas manqué une seule édition de cette épreuve que beaucoup, dans le milieu, considèrent comme la course de chiens de traîneaux techniquement "la plus difficile au monde" pour l'important dénivelé de son parcours.

Dix ans après la première édition, "le profil des étapes est toujours aussi relevé. En revanche, la préparation des mushers a beaucoup évolué. C'est une course qui, aujourd'hui plus d'hier, nécessite impérativement d'être prêt physiquement", ajoute le musher.

La Grande Odyssée se court sur deux semaines en huit étapes, dont sept contre la montre.

70% des parcours s'effectuent en dehors des domaines skiables et la moitié du temps la nuit. Des bivouacs en haute montagne sont également au programme.

Chaque équipage possède quatorze chiens de traîneaux, de races nordiques: malamute, alaskan, husky et groenlandais.

Comme beaucoup, Daniel Jaillaguet ne vit pas de ce sport "où l'amour du chien prime avant tout". Chaque année, il dépense en moyenne près de 15.000 euros pour entretenir son matériel, nourrir les chiens et les soigner.

"Je me lève souvent à 4 heures du matin pour m'entraîner et entraîner les chiens, puis j'enchaîne avec ma journée de travail", ajoute-t-il.

Contrôles anti-dopage

A la création de la Grande Odyssée en 2005, les plus prestigieuses courses ont alors lieu en Alaska, en Suède ou en Norvège, sur des étendues sans relief.

Imaginée en 2003 et lancée deux ans plus tard par Henry Kam, ancien chef d'entreprise proche de l'aventurier Nicolas Vanier, l'épreuve s'est forgée une réputation sur sa technicité et a trouvé son public dans un contexte économique stable mais fragile.

En marge de la compétition, plus de 50 animations sont proposées aux quelque 100.000 spectateurs attendus: vins chauds, tartiflettes géantes, initiation à la conduite des chiens de traîneaux ou construction d'igloos.

Financée par les collectivités qui accueillent ses étapes et une poignée de partenaires privés, la course, qui dispose d'un budget d'environ un million d'euros, doit régulièrement se jouer de difficultés administratives, l'épreuve traversant en moyenne 20 à 25 communes.

"Les autorisations sont compliquées à obtenir. Il nous faut nous accommoder de nombreux éléments contraignants, comme les zones d'avalanches ou les espaces naturels protégés", explique Anthony Choumert, directeur général de la course.

Autre écueil: "en nous adaptant aux massifs alpins, nous avions créé le traîneau de montagne, qui impliquait d'entraîner les chiens différemment et de modifier les équipements. Il n'aurait pas fallu grand-chose pour que le milieu du mushing remette en cause cette technique et que nous disparaissions", se souvient Henry Kam.

Très prisée à ses débuts par les mushers du monde entier, la Grande Odyssée, dont la course officielle 2014 oppose une vingtaine de concurrents de dix nationalités différentes, a cependant été désertée par les Américains en raison de difficultés financières et logistiques à traverser l'Atlantique.

Dotée de six vétérinaires bénévoles chargés de veiller à la bonne santé des chiens, la course procède enfin, depuis deux ans, à des contrôles anti-dopage, sur les animaux comme sur leurs maîtres.

La dernière édition a été remporté par le Tchèque Jiri Vondrak, 44 ans, qui a bouclé les 1.000 km de course en 42h et 22 minutes.

bp/ppy/jmg/cac

PLUS:hp