NOUVELLES
15/01/2014 07:54 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Le pape renouvelle la commission de cardinaux supervisant l'IOR

Le pape a renouvelé en profondeur mercredi la commission de cardinaux supervisant la "banque" du Vatican, l'Institut pour les oeuvres de religion (IOR), alors qu'un groupe d'experts doit rendre prochainement un rapport sur les transformations à entreprendre pour la réformer.

De l'ancienne commission, seul restera en place le cardinal français Jean-Louis Tauran, personnage de la Curie réputé pour sa rigueur. L'ancien cardinal secrétaire d'Etat italien Tarcisio Bertone, bras droit de Benoît XVI, contesté au sein de la Curie, n'en fait plus partie comme cela était prévisible.

Aux côtés de Mgr Tauran, siègeront le nouveau secrétaire d'Etat Pietro Parolin, le cardinal de Vienne Christoph Schönborn, une des figures les plus respectées de l'épiscopat européen, celui de Toronto (Canada), Thomas Christopher Collins, et Mgr Santos Abril y Castelló, archiprêtre espagnol de la basilique Sainte-Marie-Majeure.

Cette commission, qui contrôle tout ce qui à l'IOR relève directement du pape, est désignée avec un mandat de cinq ans. Elle est un des organismes qui gère l'Institut, très critiqué pour son opacité et le recyclage d'argent sale qu'il a permis dans le passé.

Le pape François fait par ailleurs plancher depuis l'été des experts pour voir comment réformer l'IOR en profondeur. Les 19.000 comptes y sont épluchés un à un.

Benoît XVI avait reconduit pour cinq ans les membres précédents, quelques jours avant la fin de son pontificat, en février 2013.

Outre le cardinal Bertone, les quatre cardinaux non renouvelés sont l'Italien Domenico Calcagno, le Brésilien Odilo Sherer (Brésil) et l'Indien Telesphore Toppo. François a donc décidé de ne pas attendre la fin de leur mandat pour apporter ces changements.

La gestion de la "banque du pape", notamment le rôle du banquier italien Ettore Gotti Tedeschi, nommé par Benoît XVI et congédié brusquement en 2012, avaient alimenté les fuites du scandale Vatileaks dans la presse italienne. Ettore Gotti Tedeschi a déclaré récemment vouloir apporter sa version des évènements devant le pape lui-même.

La commission d'experts nommée l'été dernier par François devrait rendre ses premières conclusions, à l'occasion de la prochaine réunion du "G8" des cardinaux en février.

jlv/fka/all

PLUS:hp