NOUVELLES
15/01/2014 05:22 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Des officiers de la Force aérienne des USA mêlés à des allégations de tricherie

WASHINGTON - Trente-quatre contrôleurs américains de lancement de missiles sont mêlés à des allégations de tricherie et ont vu leur certification leur être retirée, dans ce que la Force aérienne des États-Unis croit être le plus important manquement à l'intégrité au sein des forces nucléaires, a fait savoir mercredi la secrétaire de l'armée de l'air, Deborah Lee James.

Les officiers visés se seraient envoyés par messages textes les réponses à un examen mensuel visant à déterminer leurs connaissances de l'opération des missiles. La liste inclut les officiers qui auraient triché ainsi que ceux qui auraient été mis au courant du stratagème sans le signaler aux autorités.

La tricherie, qui a été découverte dans le cadre d'une enquête liée aux stupéfiants qui touchait deux des 34 officiers, est la plus récente controverse impliquant les membres du service responsable des 450 missiles nucléaires du pays.

En tout, le scandale lié aux stupéfiants touche 11 officiers de la Force aérienne répartis dans six bases militaires aux États-Unis et en Angleterre. Des trois contrôleurs de lancements de missiles mêlés à la controverse liée aux stupéfiants, deux se trouvaient à la base de Malmstrom, au Montana, et l'autre à la base F.E. Warren au Wyoming. Les deux cantonnés à Malmstrom font partie des officiers qui seraient aussi impliqués dans le scandale de tricherie.

Lors d'une conférence de presse au Pentagone, Mme James a précisé que 600 officiers, dans l'ensemble de la Force aérienne, allaient devoir reprendre le test, incluant près de 200 à la base de Malmstrom. Elle a ajouté que la force de missiles a besoin d'attention et que même si des mesures immédiates étaient mises de l'avant, l'état-major de la Force aérienne se penche sur d'autres scénarios à plus long terme.

Selon la Force aérienne, la présumée tricherie aurait eu lieu vers la fin de l'été dernier.

PLUS:pc