NOUVELLES
15/01/2014 02:56 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

David Clerson : du récit au roman

David Clerson a été finaliste du Prix du récit Radio-Canada 2012 pour son texte La salive. L'année suivante, il publiait son premier roman, Frères, chez Héliotrope, en lice pour le Grand Prix littéraire Archambault et le prix France-Québec.

La salive raconte la rencontre improbable, à l'aube, dans le nord de l'Ontario, entre un autostoppeur et une femme dont le mari est en train de mourir.

Frères, de son côté, met en scène deux frères en quête de père dans un roman inclassable, à la fois roman d'aventure et roman d'apprentissage, à la frontière du conte. 

Joint au téléphone, l'auteur tente de faire le lien entre les deux : éloignés en apparence, les deux textes s'ouvrent sur l'image à la fois terrifiante et dégoûtante du cadavre d'un animal, calmar géant dans le roman et chien écrasé dans le récit.

Dans les deux cas, cette image agit comme un symbole du drame à venir et relève de la même stratégie d'écriture : explorer la psychologie des personnages à travers leurs sensations physiques plutôt qu'à travers la description de leurs émotions, pour faire ressortir le côté animal en eux.

Une approche singulière qui donne envie de suivre ce nouveau venu dans le paysage littéraire québécois.

PLUS:rc